Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Capitaine

Adrien Bosc

Stock

par (le Carnet à spirales)
20 mars 2020

Embarquez à bord du Capitaine-Paul-Lemerle aux côtés de Claude Lévi-Strauss, André Breton, Anna Seghers et beaucoup d'autres, connus ou inconnus, mais tous exilés car trop juifs, trop intellectuels, trop politiques, trop artistes, trop pestiférés. Une traversée littéraire flamboyante où le souffle du roman fait corps avec la reconstitution historique, une réflexion très humaine sur le déracinement comme un écho à notre époque. Brillant.

SKYE ET LE VIEUX SOLITAIRE

Régine Joséphine, Alexandre Cochez

Gulf Stream

12,50
par (le Carnet à spirales)
5 mars 2020

Une héroïne au caractère bien trempé, prête à tout pour sauver son île et ses habitants malgré tous les dangers !
Plongez au cœur des Confins, un archipel au milieu d'une mer de brume et de nuages, et découvrez la vie des ses habitants et leurs métiers hors du commun !

Richesse oblige

Anne-Marie Métailié

18,00
par (le Carnet à spirales)
5 mars 2020

Richesse du texte oblige...

Blanche de Rigny n’est pas une riche héritière comme son nom semble l’indiquer mais il y a de fortes probabilités pour qu’elle le devienne. En effet, Blanche, mère célibataire, sorte de joli petit canard boiteux, muni d’un encombrant appareillage suite à un accident survenu pendant son adolescence mais aussi d’une grande gueule, découvre qu’elle est sans nul doute issue d’une famille immensément riche, affreusement bourgeoise, horriblement condescendante. Avec l’aide de sa très grande amie Hildegarde, une grande girafe blonde atteinte du syndrome de Marfan, une maladie génétique rare mais qui ne passe pas inaperçue, elle se met en quête de son arrière-grand daron, un bourgeois au grand cœur et de ses vilains descendants. Hannelore Cayre alterne habilement les époques et lorsque l’on quitte Blanche, on plonge avec délectation dans le Paris de 1870 en proie à l’invasion prussienne en compagnie d’Auguste, l’aïeul, celui par qui tout commence, celui dont la famille recherche désespérément un remplaçant pour partir à la guerre à sa place. Et oui car il faut vous dire qu’en 1870, si l’on était riche, l’on pouvait se payer la vie d’un homme. Blanche va donc peu à peu remonter le fil et mettre en place une jolie combine pour se retrouver seule et unique branche avec son joli petit bourgeon de fille tout en bas de l’arbre généalogique. Un texte jubilatoire, tant dans la construction, l’intrigue, l’Histoire avec un H, que dans le verbe, lui-même adapté à chaque époque, sans concessions, bien balancé au 21ème siècle, plus posé et académique au 19ème. Une galerie de personnages hauts en couleurs, du plus aristo au plus vulgaire, le premier se confondant souvent avec le second. Il n’en reste pas moins que 19ème siècle ou 21ème, c’est blanc bonnet et bonnet blanc, l’argent et le pouvoir font toujours la pluie et le beau temps. Heureusement qu’il existe des Blanche de Rigny pour remettre un peu d’ordre dans tout cela.

SOEURS DE SANG - TOME 1 L'ENVOL DU PHENIX - VOL01
par (le Carnet à spirales)
3 mars 2020

Comment résumer ce roman de plus de 700 pages en quelques phrases... ? On y retrouve tous les ingrédients du roman fantasy : un empire imaginaire, de la magie, des créatures fantastiques que sont les phénix, une héroïne forte et persévérante qui va se retrouver au milieu d'un conflit qui a commencé 16 ans plus tôt... Il y aura aussi des secrets, des non-dits et des relations plus ou moins conflictuelles entre tous les protagonistes.

Les falaises
par (le Carnet à spirales)
3 mars 2020

Une histoire de femmes qui prend racine sur les falaises de la Gaspésie, région du Québec entourée des eaux tumultueuses du Saint Laurent ; à moins que ce ne soit sur les plages noires d’Islande… La narratrice revient dans sa Gaspésie natale après le décès tragique de sa mère. A travers les récits de sa grand-mère consignés dans une série de cahiers, elle reconstruit son histoire et l’histoire des femmes de sa famille attachées à cette terre du bout du monde et en même temps rêvant toutes d’un ailleurs. Virginie DeChamplain nous entraîne d’un pays à l’autre, d’enracinement en déracinement, dans une langue tellement vive aux forts accents québécois que l’envie nous prend de lire le texte à voix haute. Sublime.