Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

La vie volée de Martin Sourire

Christian Chavassieux

Phébus

par (le Carnet à spirales)
20 mars 2020

Relire l'Histoire dans un fauteuil au coin du feu en tenant dans mes mains "La vie volée de Martin Sourire" des jardins de Versailles à la Révolution française, des rues de Paris à l'horreur des Guerres de Vendée, relire l'Histoire à travers l'histoire de Martin et en oublier l'heure de la récré. L'écriture de Christian Chavassieux est, comme habituellement chez ce romancier touche-à-tout, précise, sensuelle, sensible et violente, elle épouse terriblement les soubresauts de l'histoire et offre au texte un écrin de bonheur(s) littéraire(s). Une belle oeuvre pour les amateurs de littérature historique mais aussi pour tous ceux qui sont peu passionnés par ce genre.

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar

Antoine CHOPLIN

La Fosse aux ours

par (le Carnet à spirales)
20 mars 2020

Quelques jours dans la vie... pour une bascule d'une "petite" vie dans la grande histoire. La naissance d'un géant qui se forge grâce à ses proches, à ses compagnons.

Comme d'habitude (belle habitude) avec Antoine Choplin ce roman est une petite perle, un bijou façonné face après face pour donner à l'ensemble un éclat certain. Et quand cet homme, Vaclav Havel, ami proche, frère d'infortune, de lutte contre la dictature, s'assoit dans le fauteuil de ce bureau présidentiel, le lecteur le voit épouser en quelques lignes en peu de mots le costume de chef d'Etat.

Du grand Choplin, encore.

L'aménagement du territoire
par (le Carnet à spirales)
20 mars 2020

Argel, paisible village de la Mayenne, aux portes de la Bretagne. Un projet d’extension de ligne à grande vitesse se dessine à proximité de la bourgade, projet qui verra détracteurs et partisans s’affronter, non pas dans un combat sans merci, mais dans une lutte sournoise et souterraine. Un roman foisonnant tant au niveau de l’intrigue que des connaissances stupéfiantes de l’auteur, passionnant et passionné qui retrace avec brio l’histoire de notre pays et dissèque les mécanismes et les enjeux politiques de l’aménagement du territoire. Brillant.

Pas d’éclairs sans tonnerre

Jérémie GINDRE

Editions Zoé

par (le Carnet à spirales)
20 mars 2020

Un ton un peu singulier. Un jeune un peu à la marge. Un territoire un peu à l'écart. Un peu de tout cela à la fois pour un roman envoutant...

Donald est attachant. Il possède des hobbys d'un autre temps, se déplace en vélo ou en canoé, se passionne pour les fouilles.

Jérémie Gindre pose sur Donald un regard, certes, bienveillant mais l'observe également avec un œil quasi scientifique. Il l'accompagne dans ses découvertes, dans ses aventures en donnant l'impression de lui laisser une grande dose de liberté. L'auteur a définitivement réussi à créer un vrai personnage quasi autonome : Donald.

Le point culminant du récit est atteint avec cette échappée dans le Parc de Writing-on-Stone, libres garçons (Donald a entrainé son cousin dans cette aventure) qui sont comme des chiens fous sur ce site de fouilles archéologiques.

Ce roman est étonnant, intelligemment différent, en retenue mais puissant à la fois. Quelques petites impressions et informations proposées ci-et-là, hasards volontaires, coïncidences voulues, donnent à la lecture un sens profond. Le village oublié de Douglas, résultat de la cupidité humaine, l'intérêt soudain de tout un village pour son passé, la difficulté d'une vie de fermier, la construction des maisons toutes similaires sauf une...

Un charme, une poésie, un je-ne-sais-quoi, qui donne à ce roman l'éclair que, lecteur, je cherche.

Nos si brèves années de gloire

Charif Majdalani

Le Seuil

par (le Carnet à spirales)
20 mars 2020

Ghaleb Cassab est fils d’un filateur libanais dont le caractère flambeur l’a entraîné vers une irrémédiable chute et a même causé sa mort. Pour redorer le blason de la famille mais aussi se montrer digne auprès de la femme (mariée) qu’il aime, Ghaleb entreprend un périlleux voyage, par delà les montagnes libanaises, jusqu’en Syrie, dans le but de rapporter illégalement de « monstrueuses » machines à tisser qui feront de lui un homme riche. L’histoire d’un jeune homme touchant, drôle et perspicace dont les prémices de la guerre civile n’entameront pas la détermination. Un beau roman où chaque mot porte l’espoir.