Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

La saga des Cazalet, Tome 1 - Étés anglais

Tome 1 - Étés anglais

Table Ronde

24,00
par (le Carnet à spirales)
9 mai 2020

Bienvenue dans la bourgeoisie anglaise d’avant-guerre représentée par la famille Cazalet. Ce pavé de 600 pages relate deux étés, 1937 et 1938, vécus dans une maison de famille par trois générations : Les grands-parents, le Brig et la Duche qui accueillent leurs trois fils et leurs épouses accompagnés d’une ribambelle de petits-enfants et de leurs domestiques respectifs. Ne vous y trompez pas, nous sommes loin de la saga désuète et tartignolle. Au fil des pages, à mesure que les paysages du Sussex se révèlent, les non-dits, les faux-semblants, les ambivalences se dévoilent et les enfants franchissent doucement le seuil de l’adolescence ou de l’âge adulte, découvrant la réalité crue, souvent décevante, les femmes et les domestiques continuent de subir leur position d’infériorité dans cette société modelée par les hommes et les puissants. Elizabeth Jane Howard porte une affection identique à tous ses personnages, témoignant une certaine tendresse cependant envers les enfants et les femmes, et soigne les portraits et les histoires de chacun, qu’ils soient maîtres ou serviteurs. Une vraie intelligence d’écriture que l’on aura plaisir à suivre avec trois autres tomes prévus.

Ténèbre

La Peuplade

19,00
par (le Carnet à spirales)
3 mai 2020

Un texte hallucinant que voici, une météorite qui m’a bousculée et m’a laissée pantoise, sonnée. Nous sommes en 1890. L’Europe, blanche, hautaine, corsetée dans sa religion, persuadée des bienfaits de sa mission civilisatrice, avide de conquêtes, d’exotisme, de soumission se partage l’Afrique, mystérieuse, sauvage, palpitante. Léopold II, le roi des Belges, missionne un géomètre, Paul Claes, pour opérer un découpage clair et net des limites de son territoire africain afin d’éviter tout empiètement des voisins européens sur la frontière nord du Congo. Paul, encore jeune et fragile, ignore encore en posant les pieds sur la terre d’Afrique qu’il n’en reviendra pas. Ebranlé, dans ses certitudes, il sera confronté au pire comme au meilleur, le pire personnifié par le colon blanc, assoiffé de pouvoir et de violence, le meilleur en la personne de Xi Xiao, ancien bourreau chinois, maître lingchi, art de la découpe des corps, avec lequel il vivra une relation fusionnelle. Paul Kawczak, plume virevoltante, tantôt chargée d’une violence incroyable, tantôt empreinte d’une poésie à pleurer, nous emporte littéralement. Ténèbres se fait à la fois tragédie, dénonçant toute l’ignominie de la colonisation, saga familiale dramatique dans laquelle chaque protagoniste est un élément du puzzle que constitue la vie de Paul, histoire d’une passion insatiable qui confine à la folie, grand roman d’aventure qui nous ramène immanquablement au très grand « cœur des ténèbres » de Joseph Conrad.

La Prière des oiseaux
25,00
par (le Carnet à spirales)
3 mai 2020

Tout commence sur un pont où Chinonso, modeste éleveur de poulets, sauve in extrémis une jeune fille désespérée sur le point de se jeter à l'eau. S'ensuit inévitablement une vibrante histoire d'amour. Mais la belle, étudiante en pharmacie, est issue d'une lignée puissante, riche et honorable qui ne tolère ni la pauvreté, ni le manque d'éducation et de culture. On devine aisément que Nonso ne répond à aucun des critères exigés pour conquérir la famille. Humilié, il décide de partir à Chypre reprendre ses études, afin, pense-t-il, de revenir la tête haute, bardé de diplômes et digne de sa dame. Le voyage se révèlera un enfer et le retour un désastre. L'homme, fût-il porté par l'amour et malgré les sacrifices et les efforts pour s'arracher à sa condition, peut-il échapper à son destin ? Telle est la question posée par "La prière des oiseaux" en filigrane de ce drame bouleversant digne d'une tragédie grecque ou d'une pièce de Shakespeare qui confirme Chigozie Obioma comme une voix incontournable de la littérature. Une fable qui nous emmène loin dans le dédale des croyances Igbo.

Les Pêcheurs
par (le Carnet à spirales)
3 mai 2020

Au bord du fleuve interdit Omi-Ala, quatre frères nigérians croisent le vieil Abulu le fou qui lance une terrible prophétie à leur encontre et annonce qu’Ikenna mourra de la main même d’un de ses frères. Malgré eux, la méfiance va s’installer et la prédiction va s'insinuer sournoisement dans l'esprit des quatre adolescents jusqu'à la tragédie. Sublime premier roman.

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets
22,00
par (le Carnet à spirales)
3 mai 2020

Lola Sholeyin, par sa plume drôle et sensible à la fois, met en exergue l'archaïsme de la polygamie, pratique encore très ancrée au Nigéria. Un premier roman truculent. Pourquoi Bolanle, séduisante, intelligente, cultivée, fraîche émoulue de l'Université, promise à un avenir brillant, décide-t-elle de devenir la quatrième épouse de Baba Segi de vingt ans son aîné ? Pourquoi choisit-elle de s'enfermer ainsi dans une vie domestique, à la merci d'un homme trivial et inculte, quoique touchant par sa naïveté, et de ses épouses dominatrices, acariâtres, jalouses et calculatrices ? Parce que cette vie, plate et conventionnelle, lui offre, pense-t-elle, le moyen d'apaiser et refouler une douleur qui la ronge. Jusqu'au jour où le constat de sa stérilité remet non seulement en cause sa théorie de la tranquillité mais éclate également le relatif équilibre familial, bouleversant la hiérarchie établie entre les quatre épouses. Derrière la drôlerie de cette satire conjugale et polygame et les portraits de personnages hauts en couleur, s'élève la parole de ces quatre femmes qui dévoilent alternativement un passé et un présent parfois lourds à porter. Lola Sholeyin se fait ainsi la porte-parole de toutes ses concitoyennes et dénonce par l'humour une société encore très attachée au rôle traditionnel de la femme qui se doit d'être avant tout une épouse et une mère.