Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Les Corps insurgés
19,50
par (le Carnet à spirales)
5 septembre 2020

Les corps insurgés

Trois vies, trois époques trois lieux trois hommes et pourtant trois histoires qui se complètent et se répondent.
Trois hommes avides de liberté capables de tout pour la préserver. Des hauts des bas un récit qui nous transporte.

Sublime royaume

Calmann-Lévy

20,90
par (le Carnet à spirales)
4 septembre 2020

Sublime Royaume

Gifty va accueillir sa mère mourante dans son appartement. Les souvenirs de son enfance alors ressurgissent … elle est traversée par des sentiments complexes confrontés à deux mondes opposés, un milieu professionnel marqué par le rationalisme, la science et une éducation très religieuse et pratiquante.
Gifty s’approprie ces univers afin d’essayer au mieux de répondre à un événement marquant et difficile qui va bouleverser et changer sa vie.

Un livre touchant qui questionne le phénomène de l’addiction mais aussi la place d’une femme noire dans le domaine de la science.

Age tendre
par (le Carnet à spirales)
25 août 2020

Pour son service civique obligatoire, Valentin est envoyé dans le Pas de Calais, dans un institut pour les personnes âgées atteintes de démence. Là-bas il va rencontrer des personnages attachants, loufoques, sensibles et drôles. Il va aussi faire une plongée dans les Sixties et découvrir les chansons de Françoise Hardy : c’est le coup de foudre.
C’est aussi l’occasion pour lui de grandir et de s’ouvrir au monde qui l’entoure.
Vous ne lirez jamais de meilleur rapport de stage !

Betty

Éditions Gallmeister

26,40
par (le Carnet à spirales)
21 août 2020

Betty a la peau sombre des enfants nés d’un père Indien Cherokee brun et sage et d’une mère américaine blonde et fantasque. Betty rêve de peau laiteuse et de chevelure d’or car l’Amérique des années 60 exècre les visages tannés. Betty note sur des bouts de papiers les horreurs qu’elle a vues et entendues et les enferme ensuite dans des bocaux qu’elle enterre profondément pour oublier les immondices dont une enfant de 9 ans ne devrait jamais être témoin. Betty c’est l’enfance enténébrée par les humiliations des Blancs et le poids de secrets trop lourds pour ses frêles épaules. Mais Betty c’est aussi et surtout l’enfance lumineuse passée au sein d’une fratrie unie portée par l’amour indéfectible d’un père qui, par ses légendes indiennes contées inlassablement, apprend à son enfant le respect de soi et de la terre nourricière. Betty est incontournable.

Mon île
13,50
par (le Carnet à spirales)
21 août 2020

Enorme coup de cœur pour cet album aux illustrations chatoyantes, parfois pleines de douceur, de joie et de légèreté, parfois remplies de colère, de peur et de danger.
Le texte, certes court mais très poétique, nous transmet le message important de protéger les îles, et par extension la nature, comme elles peuvent nous protéger.