Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Dernier commentaire

Et frappe le père à mort
par (le Carnet à spirales)
9 mai 2020

Un texte écrit en 1962, Prix mémorable 2019 décerné par le groupement de librairies indépendantes Initiales qui récompense le texte « d'un auteur malheureusement oublié, d'un auteur étranger décédé encore jamais traduit en français, ou d'un inédit ou d'une traduction révisée, complète d'un auteur ». Un roman uppercut. L’histoire débute en Angleterre pendant la seconde guerre mondiale. Jérémy Coleman, adolescent, orphelin de mère, reçoit l’éducation très stricte de son père, professeur de grec, qui élève son fils dans un carcan de principes étouffant. Le jeune homme passionné de jazz, ne supportant plus la discipline paternelle, fuit dans un Londres anéanti par les bombardements et jette le déshonneur sur la famille. Dans ce roman choral, chaque chapitre donne voix tour à tour principalement au père, au fils et à la vieille tante dépassée qui aide son frère dans l’éducation du gamin. Chacun raconte ses blessures, ses faiblesses, ses rancoeurs. Hommage à la musique, très présente dans ce roman, la musique qui relève, qui révèle, qui libère et émancipe. Histoire touchante d’un père et d’un fils qui ne se comprennent pas. Mais au final on est toujours le fils de son père et en vieillissant, Jérémy s’aperçoit qu’il finit par ressembler à ce paternel honni dans sa jeunesse.