Conseils de lecture

Editions du Sous-Sol

18,00
par (Nouvelle librairie Sétoise)
16 octobre 2021

Savoureux et attachant

Un formidable récit ou Deborah Levy nous confie sa manière d'être au monde et sa quête d'un endroit apaisant. Savoureux et attachant, lisez-le ! (Agnès)


18,00
par (Nouvelle librairie Sétoise)
16 octobre 2021

Un livre absolument magnifique !

Les souvenirs ne s'effacent jamais. Une enquête mélancolique et profonde sur la mémoire comme seul Patrick Modiano peut l'écrire. C'est un livre absolument magnifique (Agnès)


Christian Bourgois

21,00
par (La librairie des Halles)
16 octobre 2021

Dès les premières pages du Visage de pierre, le lecteur comprend qu'il tient entre les mains un livre capital. L'évidence d'un grand livre mais aussi au sens que les Anglo-Saxons donnent à ce terme, une pièce à conviction. Lorsque Simeon, le narrateur de cette histoire, s'installe à Paris au début des années 60, il fuit la haine et la violence raciales de son pays natal - les États-Unis - qui l'ont laissé mutilé. Journaliste, il fraternise avec un groupe d'expatriés qui hantent les cafés et les boîtes de jazz parisiens. Épris de la belle et énigmatique Maria, Simeon trouve dans son nouveau pays d'adoption les conditions d'une vie libre et épanouie où sa couleur de peau ne pose aucun problème. Les Français accueillants et respectueux ne font pas preuve des mêmes bons sentiments avec leurs ressortissants algériens. Alors que la guerre bat son plein et que la répression devient de plus en plus violente à Paris, Simeon découvre dans la douleur que les Algériens subissent le même sort que les Noirs aux États-Unis. Paru en 1963 outre-atlantique, ce livre n'avait jamais été traduit en France : faut-il y voir une censure tant la peinture sans fards de la société française minée par une guerre coloniale est sans concessions. Contemporain de Wright ou Baldwin, ses illustres confrères passés par Paris, Gardner Smith dénonce ici la violence d'état exercée sur les Algériens et rend compte précisément d'un des évènements les plus effroyables de cette période - la journée du 17 octobre 1961 à Paris - qui trouve ici sa première et pour longtemps sa seule évocation littéraire. Le Visage de pierre est un terrible réquisitoire et une magistrale leçon de fraternité et d'honneur qu'il était grand temps de faire connaître aux lecteurs.


12,80
par (Librairie Mots et Images)
16 octobre 2021

Quand l'amitié dépasse les frontieres, quelles qu'elles soient...
Un très beau roman tendre, léger et profond à la fois.


Éditions de L'Olivier

17,00
par (Librairie La Galerne)
15 octobre 2021

Un conseil de Léna

Un roman glaçant et oppressant au rythme haletant qui conserve le mystère jusqu’à la dernière page ! Marie Vingtras donne à lire un travail remarquable sur la psychologie des personnages qui se dévoilent au cours de ce roman choral. Un premier roman très prometteur !