Conseils de lecture

Manifesto

Sabine Wespieser Éditeur

18,00
par (Librairie La Galerne)
11 janvier 2019

Un livre formidable sur la famille, l’amour, les deuils passés et à venir, la beauté. Magnifique et bouleversant !


21 PRINTEMPS COMME UN MILLION D'ANNEES

Brissot Camille

Syros Jeunesse

14,95
par (Librairie Mots et Images)
10 janvier 2019

Parce que Juliette se sait condamnée, elle décide de vivre sa vie autrement...Et quelle vie!
Un livre lumineux, une ode à l'amitié, et un rappel à profiter des moindres instants.


La papeterie Tsubaki

Philippe Picquier

20,00
par (La Boîte de Pandore)
9 janvier 2019

Hatoko a hérité de la papeterie de sa grand-mère, située dans la ville de Kamakura au Japon.
Tout comme dans «Le restaurant de l'amour retrouvé», son précédent roman, il est question de résilience mais cette fois-ci par le biais de l'écriture. Écrivaine publique, Hatoko va mettre ses talents au service de personnes faisant appel à elle pour des remerciements, une rupture ou une réconciliation. À l'heure des écrans, dans une société où écrire une lettre est devenu un acte oublié, Ito Ogawa nous réconcilie avec l'art de la calligraphie.
Ce roman plein de grâce et empreint d'une délicatesse toute nippone possède un pouvoir guérisseur - car oui, les livres aident à guérir !


Lincoln au Bardo
24,00
par (Librairie L'Armitière)
9 janvier 2019

Vertigineux, éblouissant, sont les premiers mots pour qualifier le premier roman du nouvelliste Georges Saunders dont l'audace et l'ambition ont été couronnées du Man Booker Prize en 2017.
Comment parvenir à résumer, sans le trahir, un livre d'une telle richesse et d'une originalité si époustouflante?
L'action se déroule la nuit du 25 février 1862: Abraham Lincoln vient d'enterrer son fils chéri Willie âgé de 11 ans. Dévasté par le chagrin, il se rend seul dans le cimetière ou repose l'ange dans son caisson de souffrance, afin de le serrer dans ses bras une dernière fois.
Mais dans le bardo (sorte de purgatoire bouddhiste) ou l'enfant est retenu prisonnier en attendant le passage vers l'au-delà, des dizaines d'âmes en peine errent hantées par des spectres démoniaques: souhaits, souvenirs, complaintes et désirs, une effroyable cantilène accompagne alors le président dont l'intrusion inopinée perturbe les limbes.
Cette divine comédie qui mélange les genres avec brio est une expérience de lecture déconcertante et totalement géniale. Un roman choral incomparable, cocasse et émouvant à la fois, une cacophonie étourdissante de vie.
A découvrir de toute urgence


L'appel
22,00
par (Librairie Obliques)
5 janvier 2019

Sur le dos

Très bien mené, très finement écrit, ce premier roman de Fanny Wallendorf surprend par sa liberté. Certes, la figure historique de Dick Fosbery, inventeur du saut en hauteur qui porte son nom, est présente, mais elle ne sert que d'appui à une figure littéraire bien plus aérienne.

Ici, il sera question de l'adolescence, de l'amour, du sport, de la persévérance, de la voie qu'on se cherche et qu'on finit par trouver, parce qu'on ne renonce pas, parce qu'on est concentré sur maintenant et pas nécessairement sur demain, parce que l'enjeu, c'est précisément la course d'appel et pas le saut.

Il y a entre ces lignes une belle philosophie de vie, une quiétude, une tempérance, une humilité qui rend plus grand, et qui peut faire sauter plus haut que tout le monde. Mais il y a surtout cette idée que tout ça n'est pas si important. Et si le jeune Richard n'avait pas orienté son bassin de cette manière, s'il n'avait pas courbé sa course dans les derniers pas, s'il n'avait pas inventé le saut dorsal et révolutionné son sport, alors oui, il aurait continué à stagner à 1m62 toute sa vie. Mais ça ne l'aurait pas empêché d'être heureux.