Conseils de lecture

Brasier noir
28,00
par (Au moulin des Lettres)
15 décembre 2018

Un roman noir qui plonge dans les racines du Mississipi et de ses meurtres racistes...

Dans la famille du « Ku Klux Klan », craignez plus encore les « Aigles Bicéphales » !
C’est au début de l’imposant roman de Greg Iles (1050 pages, deux autres tomes vont suivre) qu’on apprend à quelle occasion ce groupuscule (inventé par l’auteur mais inspiré par le « Silver Dollar Group ») se constitue en 1964, émanation du KKK en pire.
Le rêve de ces types de Natchez, Mississipi, ville natale de Iles, est de descendre Martin Luther King et Bob Kennedy, en tout cas de faire mieux que ce KKK qu’ils trouvent désormais ringard et mou. Violence, haine et vengeance sont les ressorts de ce roman noir qui se situe dans ce vieil Etat ségrégationniste.
Un saut dans le temps nous ramène dans les années 2000. Les « Aigles bicéphales » ont certes vieillis mais restent bien accrochés à leur morale immonde ; ils continuent à entretenir des relations autour d’ un juteux trafic de méthamphétamine.
Un petit groupe de personnages va cependant essayer de les faire tomber, famille fort sympathique qui a tous les attributs d’une famille américaine très conventionnelle : Tom Cage, le père, médecin aimé par ses patients et respecté par la communauté de Natchez, Penn, son fils, ancien procureur devenu maire de cette même ville, et Caitlin, la compagne de Penn, journaliste carriériste héritière d’un empire de la presse. Ils vont chacun à leur façon essayer de résoudre l’assassinat de l’ancienne infirmière noire du docteur Cage, Viola Turner. Ce meurtre se révélera avoir des implications beaucoup plus larges et va réveiller de vieilles histoires liées à la disparition du frère de Viola dans les années 60 ainsi que celle de deux de ses compagnons, jamais tirées au clair.
Greg Iles vit à Natchez et connaît bien le passé de sa ville. Tout en écrivant un roman qui répond aux critères du polar, il rend hommage au travail d’un journaliste local, Stanley Nelson, sous les traits du personnage de Henry Sexton qui s’acharne lui aussi à trouver les auteurs de crimes racistes jamais élucidés.
Sans temps mort, ce roman à l’architecture complexe vous emmène au fin fond de l’Amérique sudiste d’hier et d’aujourd’hui.


In my room

Leiter Saul

Steidl

38,00
par (Au moulin des Lettres)
15 décembre 2018

Un recueil de photos en noir et blanc du grand Saul Leiter

Saul Leiter, photographe new-yorkais disparu en 2013, a été très longtemps photographe de mode mais ce sont ses photos beaucoup plus personnelles en couleurs ou en noir et blanc qui me touchent énormément. Il a photographié son quartier pendant plus de 20 ans en adoptant souvent un cadrage inhabituel, s'attachant aux silhouettes plus qu'aux hommes. Souvent nimbés de brume ou sous une pluie fine, les personnages vont et viennent dans une atmosphère tranquille.Ce n'est pas la frénésie de la grande ville qu' il souhaite évoquer mais des rencontres fugaces qui pourraient devenir des situations de départ d'une histoire à écrire. Reflets, perspectives baroques, utilisation de la couleur, jeux de transparence, tout concourt à rendre unique et d'une extrême sensualité sa vision de sa ville. Le livre "In my room" est un choix de photos prises au contraire chez lui, en lumière naturelle, de femmes qu'il a côtoyées. Là encore beaucoup de sensualité et de douceur dans ces portraits pris sur le vif; on pense alors à Bonnard représentant Marthe nue. Correspondances et affinités d'artistes du sensible.


Le problème à trois corps
9,70
par (Librairie La Mandragore)
14 décembre 2018

1, 2, 3 soleils...

Un roman magistral, complexe et riche pour entamer la trilogie des Trois-Corps. Cet ouvrage confirme tout le bien qu'on en entend depuis sa sortie ! Ou comment partir d'un épineux et insoluble problème mathématique pour entamer une fresque galactique crédible et passionnante !
Un gros coup de cœur de cette fin d'année :)

Bilal


Concours pour le Paradis
19,00
par (Librairie La Galerne)
11 décembre 2018

Un premier roman passionnant et formidable

Le 20 décembre 1577, le palais des Doges est en feu. La fresque du Paradis qui ornait la salle du Grand Conseil a totalement brûlé. Le doge Venier lance alors un concours afin de choisir l’artiste qui aura l’honneur de repeindre le Paradis. Le Tintoret et Véronèse sont en lice.
Clélia Renucci nous plonge dans la Venise renaissante : Mœurs de l’époque, effervescence artistique, jalousies, trahisons, manœuvres politiques…
Concours pour le Paradis est un premier roman passionnant et formidable !


La Théorie de l'iceberg
10,50
par (Librairie Mots et Images)
8 décembre 2018

Si il y avait une recette magique pour dépasser ses faiblesses, la vie serait bien plus simple...
Mais les personnages de ce roman nous rappellent que l'amitié est un ingrédient indispensable pour aller mieux!