Une longue impatience

Une longue impatience

Gaëlle Josse

Les Éditions Noir sur Blanc

  • par (Librairie Ravy)
    26 mars 2018

    Après une dispute avec son beau-père, Louis claque la porte et ne revient pas. Sa mère Anne attend son retour. Son seul espoir : qu’il se soit embarqué sur un bateau pour devenir marin comme l’était son père mort pendant la guerre. Au fil des mois, puis des années Anne attend tout en s’occupant de ses 2 jeunes enfants et écrit à Louis pour ne pas rompre le fil entre eux. Avec beaucoup de pudeur, de patience c’est toute la douleur d’une mère que Gaëlle Josse décrit ici dans ce roman absolument bouleversant.
    Valérie


  • 11 mars 2018

    L'attente d'une mère

    « Tu n’aurais pas dû » dit Anne à son mari, Etienne. Celui–ci a battu le fils d’Anne, Louis, seize ans. Une fois de plus, une fois de trop. Et Louis, qui ne s’est jamais senti le bienvenu dans la belle maison de celui qui a épousé sa mère, un jour, ne rentrera pas. Disparu, envolé. Pour sa mère commence alors une interminable attente, une nuit implacable. Malgré ses deux autres enfants, encore tout petits, en dépit de l’amour maladroit d’Etienne,  Anne attend inlassablement le cargo qui, elle en est sûre, lui ramènera son fils.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Librairies de Port Maria)
    28 février 2018

    Amour maternel infini...

    Touchant, angoissant...
    La maman attend son fils (16 ans ), qui ne rentre pas.
    Accident, fugue, assassinat ?
    Elle perd patience, frise la folie...


  • 27 février 2018

    En lisant vaguement, pour ne pas trop en apprendre, les résumés de ce roman, je m'en étais fait une idée toute fausse. Certes, c'est l'histoire d'une femme qui pleure la disparition de son fils, mais pas sa mort. Un beau jour, frappé par le mari de sa mère, il est parti sans laisser de mot. C'est donc un roman de l'attente, comme l'évoque si bien le titre, mais c'est surtout pour moi le récit d'un double amour, l'amour d'une femme pour un enfant qu'elle n'a pas su garder près d'elle et celui d'un homme pour une femme, un amour qui date de l'enfance, mais qui ne s'étend pas au premier enfant de cette femme.
    De Gaëlle Josse, j'ai beaucoup aimé Nos vies désaccordées mais pas Le dernier gardien d'Ellis Island. J'aime sa plume, aucun doute là-dessus mais parfois, elle ne me suffit pas. J'associe ses textes à de l'épure et à de la délicatesse, que j'ai retrouvés ici. Je vais situer ce roman entre les deux précédemment cités sur l'échelle de mes goûts. Il m'a fallu arriver à la moitié du roman pour commencer à l'aimer. Pendant les cent premières pages, je me suis dit que non, ça ne le faisait pas, que je n'entrais pas dans ce récit. Je n'aimais pas les lettres écrites au fils et je m'ennuyais. Et ce sont les hommes qui m'ont gagnée à leur cause, comme cela avait été le cas avec Nos vies désaccordés. Étienne, ce mari qui n'a pas été à la hauteur de l'amour qu'il porte depuis toujours à Anne, mais qui pourtant, l'a attendue avec une patience infinie, est un beau personnage d'homme, complexe comme je les aime. Et Louis, ce garçon qui part, qui n'est que peu présent mais qui traverse ce roman de part en part, a pris le relais. La scène finale m'a tout à fait cueillie, la gorge serrée et je me suis dis que, finalement, ce sont ces deux hommes-là m'avaient fait aimer ce roman. J'aime refermer un roman avec une image forte. Ici, impossible qu'il en soit autrement. Et il y a cette idée, lancinante, que nous sommes finalement toujours seuls :
    Je ne sais s'il pense à mes absences, à mes secrets qu'il respecte sans trop les deviner. À cette grotte où nous vivons seuls, où personne ne peut entrer, à cette part obscure et inavouable que nous portons en nous.


  • par (Hisler - Even)
    23 février 2018

    Depuis que son fils Louis a quitté la maison à l'âge de 16 ans, Anne, sa mère attend un signe, un courrier, le retour d'un bateau...
    Elle espère son retour pour enfin lui redonner le goût de vivre.
    L'amour qu'elle porte à son fils va-t-il la détruire?
    Un roman émouvant!!!


  • par (Librairie Voyelles, Herbignac)
    21 février 2018

    Pudeur

    Une nouvelle fois, Gaëlle Josse nous offre un récit intime et puissant. Un portrait plein de pudeur et de poésie, d'une mère qui attend son fils... Un très beau roman!


  • par (Librairie La Grande Ourse)
    31 janvier 2018

    Une mère, son fils, une nouvelle vie.

    Louis a 16 ans, c'est un garçon un peu dur de caractère mais très gentil. Un jour il ne rentrera pas à la maison.
    S'en suit une attente, un douleur, un acharnement...
    Un roman incroyable, avec la douceur et l'amour d'une mère.


  • par (La Lison)
    30 janvier 2018

    On aime !

    Une mère attend désespérément le retour de son fils. Il a seize ans, il a décidé de quitter la maison après un "incident". Partir en mer, comme son père disparu.
    Un roman bouleversant qui dresse un portrait de mère universel.


  • par (Librairie La Galerne)
    30 janvier 2018

    Absolument magnifique !

    Un petit village breton après la Seconde Guerre. Louis, 16 ans, ne rentre pas à la maison. Il est parti en mer. Commence alors pour Anne, sa mère, Une longue impatience. Gaëlle Josse nous raconte l’histoire de cette femme, celle de son enfant et décrit avec beaucoup de pudeur et de délicatesse, le chagrin de cette mère, les heures, les jours, les mois puis les années d’attente.
    Absolument magnifique !


  • 22 janvier 2018

    amour

    Quel plaisir de retrouver la plume de Gaëlle Josse qui nous emmène cette fois à la fin de la guerre de 39-45 dans un village breton.

    Un jour, le mari d’Anne n’est pas revenu d’une campagne de pêche, la laissant seule avec son fils Louis. Après 2 ans de veuvage le pharmacien du village l’épouse. Ensemble, ils ont deux enfants. Mais son second mari est de plus en plus violent avec Louis qui, un jour, décide de prendre la mer.

    Commence alors pour Anne une longue attente.

    Elle écrit à son fils, en mer, le festin qu’elle cuisinera à son retour. J’ai aimé ces descriptions de mets offerts par la mer, par la terre pour fêter le retour du fils brusquement évanoui.

    Anne n’en oublie pas ses deux jeunes enfants, mais se refuse à se mêler aux gens du village.

    J’ai aimé les marches matinales d’Anne sur la falaise et l’attente du retour du bateau de son fils. Elle m’a ému par sa patience et son opiniâtreté.

    Et quel beau témoignage d’amour elle laisse à son fils.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la sirène entrevue dans une boutique parisienne et qui personnalise la longue attente.

    http://alexmotamots.fr/une-longue-impatience-gaelle-josse/


  • par (Librairie La Mandragore)
    18 janvier 2018

    L'ardeur

    Une mère attend son fils (issu d'une première union) qui a pris la fuite en mer. Les rêves de retrouvailles mettent en exergue les manques affectifs, les erreurs et les effacements des uns et des autres dans une famille reconstruite. Livre sur l'amour en ce qu'il peut avoir de plus violent et d'ardent. La côte bretonne soutient cette attente et nous attendons avec cette mère, sur le rivage, le retour héroïque de son fils... Peut-être une réinterprétation moderne du personnage de Pénélope

    Elisabeth


  • par (Librairie Entre les Lignes)
    16 janvier 2018

    Bouleversant

    Le jour où Louis, son fils ainé de 16 ans, ne rentre pas à la maison, tout s'est effondré pour Anne, sa mère, remarié après la mort de son premier mari. Chaque jour, au bord de la mer, au bord de la folie, elle ira l'attendre...Pour survivre à cette attente, elle lui écrira de longues lettres pour lui dire la joie de son retour, son amour de mère ... Un très, très beau roman de Gaëlle Josse, tout en sensibilité.


  • par (Librairie Mots et Images)
    11 janvier 2018

    Avec beaucoup de pudeur et de sensibilité, Gaëlle Josse décrit l'amour infini d'une mère qui attend son fils parti en mer.
    Elle incarne la douleur, la patience et l’espoir inexorable qui animeront cette femme chaque jour de sa vie.


  • par (Fontaine Sèvres)
    11 janvier 2018

    Le fils aîné d'Anne est parti en mer. Il a disparu comme cela, sans laisser de message. Son départ provoque un choc très violent chez cette mère qui tente malgré tout de continuer à vivre. Commence alors une longue attente.
    C'est un texte profond et subtil que nous livre Gaëlle Josse. Un roman sur la perte, sur la maternité et sur la vie. En peu de mots elle nous offre le portrait touchant d'une mère esseulée. C'est une véritable réussite et un grand coup de cœur.


  • par (Librairie Dialogues)
    10 janvier 2018

    Depuis son premier roman, "Les heures silencieuses", nous sommes attentifs à cette romancière qui nous vient de la poésie.
    J'avais également beaucoup aimé son précédent roman "Le dernier gardien d'Ellis Island".
    "Une longue impatience" dresse le portrait poignant d'une mère qui attend le retour de son fils.
    Nous sommes dans les années 50, dans un village côtier breton.
    Celle qui se raconte s'appelle Anne, la mère de Louis, né d'une première union avec un marin disparu en mer.
    En secondes noces, elle change de statut social en épousant Etienne, le pharmacien qui l'aimait secrètement depuis longtemps.
    Anne s'est toujours sentie comme une intruse dans cette grande maison au-dessus de l'officine. mais son bonheur est simple et elle mène sa barque avec beaucoup d'amour et de don de soi.
    Les deux enfants qu'elle aura avec Etienne auront raison de ce calme d'apparence.
    Louis fugue à l'âge de 16 ans après une ultime altercation avec son beau-père.
    Sans laisser d'explication, il se fait embaucher sur un bateau.
    Les mois passent puis les années, Anne se retranche dans une attente silencieuse rongée par la culpabilité, partagée entre son foyer et le désespoir de ne peut-être jamais revoir son fils.
    Le roman est émaillé des lettres qu'elle envoie à la compagnie maritime sans savoir si son fils les reçoit et qui regorgent des détails du festin qu'elle préparera à son retour.
    C'est un roman d'une grande retenue, empreint d'une humanité rare.
    Anne incarne toutes ces mères qui tiennent debout coûte que coûte.


  • 9 janvier 2018

    Dans les années 50 en Bretagne, Anne a épousé en secondes noces Etienne, le fils du pharmacien. Celui-ci lui a promis de l'aimer, la chérir, la protéger,ainsi que son fils Louis issu d'un premier mariage. Au fil du temps pourtant, Etienne découvre qu'il a le cœur moins grand qu'il ne le pensait. Les relations avec Louis s'enveniment, à tel point que ce dernier fugue, sans explications.

    Commence alors pour Anne une longue attente qu'elle tente de combler par les lettres qu'elle écrit à son fils. Longues lettres où elle lui parle des festins merveilleux qu'ils feront pour son retour. En creux, bien sûr, elle lui parle de son amour, de ses tourments et les mots trop longtemps contenus se déploient enfin pour exprimer l'ampleur des sentiments.

    Récit intime, sensible, Gaelle Josse brosse avec une grande justesse le portrait d'une femme, d'une mère, tiraillée entre les siens. Un grand coup de coeur !


  • par (Librairie L'Armitière)
    8 janvier 2018

    La pépite de cette rentrée littéraire

    Donner au futur lecteur l'envie de découvrir ce nouveau roman de Gaëlle Josse, sans trop lui en dévoiler, tient de la gageure.
    Il faut juste savoir que si ses textes sont courts, leur force à chacun tient dans la trace indélébile qu'ils laissent tous dans notre esprit.
    Entrez dans le cercle, encore trop confidentiel de ses lecteurs.
    Celui-ci vous entraine dans les pas d'une mère qui voit son fils partir sans être certaine de le revoir un jour.
    Ce n'est pas tant un roman sur l'amour filial que le portrait d'une femme modeste cherchant sa place dans une société française corsetée, celle des années 50.
    Mais c'est aussi et avant tout un roman où l'écriture ciselée et empreinte de poésie vous donne beaucoup de plaisir à sa lecture.
    A lire de toute urgence !


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    7 janvier 2018

    1950 : Dans un village de Bretagne, Anne attend le retour de son fils Louis, parti un jour en mer sans aucune explication. Commence alors le début d'une très longue attente, nourrie d'espoirs et baignée de souvenirs.
    A travers ses déambulations sur la côte à guetter l'arrivée des navires, la narratrice confie au lecteur ses tourments, ses pensées, reconstruisant au fur et à mesure le puzzle de sa vie.
    On suit une mère tout le long du livre meurtrie par l'absence d'un fils, qui malgré le manque, tente de rester digne.
    Gaëlle Josse nous offre de nouveau un récit sensible tout en subtilité, marqué par les embruns et le goût salé du ressac breton.
    Un délice de lecture.


  • par (Librairie Grangier)
    2 janvier 2018

    Premier coup de coeur littéraire de l'année !
    Je vous recommande donc la lecture du dernier livre de Gaelle Josse "une longue impatience". Un roman superbe, un beau portrait de femme et surtout celui d'une mère attachée viscéralement à son enfant.
    L'écriture est magnifique et elle magnifie les sentiments, les ambiances, les gestes, les objets et les saveurs.
    Chaque mot est posé où il faut ; ce livre est bouleversant.


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    24 décembre 2017

    Anne a perdu son mari en mer alors que son fils Louis n'était encore qu'un petit garçon. Remariée et désormais mère d'une famille recomposée, elle semble avoir retrouvé un semblant d'équilibre. Pourtant, la relation entre Louis et son beau-père est loin d'être idyllique et lors d'une ultime confrontation, l'adolescent quitte avec précipitation la maison familiale pour embarquer à bord d'un navire de marchandises. Commence alors pour sa mère, une longue attente pleine d'incertitudes...
    Portrait de femme émouvant prenant place au lendemain de la seconde guerre mondiale, Une longue impatience est un roman tout en pudeur et d'une grande finesse psychologique où la Bretagne est à l'honneur.