La scierie

La scierie

Pierre Gripari

Héros-Limite

  • par (Librairie Dialogues)
    4 avril 2019

    L'écriture est âpre, dure; l'air est froid, saisissant ; le travail est rude, épuisant.
    La scierie est le récit d'un anonyme. L'Anonyme s'est levé tôt pour ce texte, pour nous faire partager sa vie d'ouvrier, lui, le jeune bourgeois sans argent. Il devait en gagner en attendant le service militaire. Il en sortira en homme de cette scierie, l'Anonyme... Merci à lui.


  • par (Librairie Mots et Images)
    19 mars 2016

    PRIX MEMORABLE des librairies Initiales !

    Témoignage brut sur la violence au travail dans les années 80. Pas de belles phrases mais le travail avec ses dangers et ses blessures (machines en mauvais état, charges plus que lourdes...). Sans compter les relations particulièrement rudes entre ouvriers où il n'y a pas de cadeau. A lire !
    Céline


  • par (47° Nord)
    23 août 2014

    Vous allez découvrir!

    Un jeune homme de dix-huit ans, après son échec au bac, cherche un emploi où il pourrait exercer sa force physique. Il commence à travailler dans une scierie. Il découvre la difficulté des travailleurs, leurs conditions de travail, dans le froid, la souffrance et l'usure, mais il se promet de ne pas craquer et de leur montrer de quoi il est capable.

    "C'est surtout pour ça, pour épater les sales cons du pays que je ne veux pas caler, pour leur faire voir que je suis capable de faire n'importe quoi pour gagner ma vie et garder la maison. Mais je paye cette obstination. J'ai les mains en sang, le poignet foulé, j'ai froid."

    Un livre magnifique sur la dureté des conditions de travail dans un monde d'homme.


  • par (Le Bateau Livre)
    1 août 2014

    Coup de coeur littérature française

    Drôle de texte que ce petit opus anonyme, préfacé par Pierre Gripari, qui déclare que la lecture de "La Scierie" lui a permis de trouver son propre style. D’ailleurs selon les rumeurs, l’auteur ne serait autre que son propre frère… Publié une première fois 20 ans après écriture, on doit aux éditions Héros-Limite la remise en avant de cet ouvrage des années 50, qui vient de décrocher le prix Mémorable décerné par les librairies Initiales.

    Un jeune homme d’origine bourgeoise se retrouve obligé de travailler car il a échoué à ses examens et ne sera pas appelé pour le service militaire avant deux ans. Plutôt que d’exercer un métier qui correspondrait à son milieu, il va chercher à se confronter au monde des travailleurs manuels, et c’est dans une scierie qu’il échouera. Attendu au tournant – les hommes ne se font pas de cadeaux dans le métier – il démontre un talent et surtout une ardeur au travail qui lui vaut rapidement le respect de la communauté. Mais jusqu’on peut-on repousser ses limites ?

    Si "La Scierie" transpire la sueur, l’odeur des copeaux de bois, la brutalité des machines et des hommes qui les manipulent, l’ensemble dégage une grande poésie, qui charmera même ceux que le sujet n’attire pas de prime abord !