Il faut achever l'Euro, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'euro (sans oser le demander)
EAN13
9782702165355
ISBN
978-2-7021-6535-5
Éditeur
Calmann-Lévy
Date de publication
Collection
Documents, Actualités, Société
Nombre de pages
666
Dimensions
22 x 13 x 4 cm
Poids
662 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Il faut achever l'Euro

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'euro (sans oser le demander)

De

Calmann-Lévy

Documents, Actualités, Société

Offres

Autre version disponible

Si les gouvernements n’ont pas le courage d’achever la construction de l’euro, cette monnaie sans État, qui fête ses vingt ans le 1er  janvier 2019, disparaîtra. Le choc sera d’une rare violence pour nos économies, comme l’a montré la faillite en 2008 d’une simple banque d’affaires américaine, Lehman Brothers, qui a entraîné la plus grave récession depuis 1929. Alors imaginez ce que donnerait l’effondrement de la seconde monnaie de réserve du monde…
Entre  2010 et  2012, nous en avons eu un avant-goût. La crise de la zone euro n’était pourtant pas une surprise  : les «  pères fondateurs  » de la monnaie unique avaient pris la précaution d’avertir que leur travail était imparfait. Ils comptaient sur leurs successeurs pour l’achever. Or, tels les rois fainéants, non seulement ceux-ci n’ont rien fait, se contentant de capitaliser sur les premiers pas réussis de l’euro, mais, au contraire, ils ont détricoté le peu de fédéralisme qui existait.
Pour comprendre et juger, ce livre propose une plongée dans la grande histoire et les petites anecdotes de la construction monétaire européenne, nourrie des témoignages de ses principaux acteurs. Il raconte les faux pas, les réconciliations, les réunions secrètes, les engueulades homériques et les décisions prises aux petites heures du matin. Une histoire qui permet de mesurer le chemin qui reste à parcourir.
À l’heure où l’Union est plus que jamais remise en question par le Brexit et la résistible vague démagogique, Jean Quatremer lance un avertissement  : ce qui se joue, c’est l’avenir de notre argent.
S'identifier pour envoyer des commentaires.