L'âme charnelle - Journal 1953-1978, journal 1953-1978
EAN13
9782841004829
ISBN
978-2-84100-482-9
Éditeur
Bartillat
Date de publication
Nombre de pages
285
Dimensions
20 x 12 x 2 cm
Poids
316 g
Langue
français
Code dewey
848.9103

L'âme charnelle - Journal 1953-1978

journal 1953-1978

De

Bartillat

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Guy Dupré est l'auteur de trois romans, de deux livres de souvenirs et d'un volumineux recueil d'articles. Il livre cette fois un témoignage important de sa vie : le journal intime qu'il a tenu au cours de ses jeunes années.
Guy Dupré, écrivain rare et secret, considéré comme une des plumes les affirmées de sa génération, donne ici un témoignage littéraire et personnel inédit qui s'inscrira dans la rentrée littéraire des essais. Il fut lauréat du Prix Novembre en 1989, pour les Manoeuvres d'Automne.
Le journal commence en 1953 au moment où Guy Dupré entre chez Plon, l'éditeur de Barrès et de Bernanos, et publie son premier roman Les Fiancées sont froides, qui lui vaudra un accueil très favorable auprès des critiques : Mauriac, Albert Béguin entre autres salueront l'arrivée de ce jeune écrivain. Dupré participe au monde des lettres, fréquente Jean Cocteau, Julien Green, Julien Gracq, Raymond Abellio et madame Simone (l'actrice Pauline Benda qui fut le dernier amour d'Alain-Fournier avant que ce dernier parte au front), croise Marguerite Yourcenar, Sunsarié de Larcône, Philippe Sollers, Jean-Edern Hallier, etc. Le récit de ces jours se déploie dans une langue alerte agrémentée de lectures et de propos rapportés avec beaucoup d'esprit. Guy Dupré fait part également de ses aventures féminines.
Le journal s'interrompt en 1964 et ne reprend qu'en 1974 pour se clore en 1978. Ce n'est qu'en 1980 que Guy Dupré publiera à nouveau un roman, Le Grand Coucher. Ce journal comble les années de silence où Guy Dupré a cherché sa voie et a tenu sur des cahiers le fil des jours.
S'identifier pour envoyer des commentaires.