Dix années d'épreuves pendant la Révolution / mémoires, mémoires
EAN13
9782847346596
ISBN
978-2-84734-659-6
Éditeur
Tallandier
Date de publication
Collection
La bibliothèque d'Évelyne Lever
Nombre de pages
295
Dimensions
2 x 1 x 0 cm
Poids
389 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
944.04092

Dix années d'épreuves pendant la Révolution / mémoires

mémoires

De

Édité par

Tallandier

La bibliothèque d'Évelyne Lever

Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
En 1857, lorsque François Guizot évoque devant l’Académie française Charles de Lacretelle (1766-1855), historien de la Révolution décédé deux ans plus tôt, il le salue comme « l’interprète fidèle des sentiments, des honnêtes gens […], le représentant de la conscience publique dans les temps qu’il retrace ». Par ces quelques mots, l’ancien ministre de Louis-Philippe brosse le portrait d’un homme qui a combattu comme lui les excès de la Révolution et défendu la monarchie parlementaire à la française.

Ce qui frappe immédiatement à la lecture de ces Mémoires, c’est leur titre : Dix années d’épreuves pendant la Révolution. Il résume à lui tout seul la haine que Lacretelle porte à la Révolution, celle d’un homme déçu qui avait cru en une Révolution émancipatrice. Lacretelle a la volonté de poursuivre son combat contre les fauteurs de trouble, de montrer à tous l’inutilité de la Révolution et surtout sa dangerosité. Ces Mémoires résonnent comme un appel à la lutte contre la démesure révolutionnaire. Il insiste sur le rôle des modérés, qui souhaitaient une révolution limitée et qui se sont trouvés écartelés entre les différentes tendances lorsque la violence verbale s’est transformée en violence politique et physique.

Lacretelle est, au début des années 1840, le seul historien de la Révolution à avoir vécu les événements. Il raconte donc son histoire de la Révolution et son histoire pendant la Révolution, en particulier ses deux ans d’emprisonnement pour sympathie royaliste. Il s’y montre modeste, sympathique, mais également volontaire et toujours très anti-révolutionnaire. En se mettant lui-même en scène, il redonne vie aux grands tumultes politiques et à tous les acteurs, les bourreaux comme les victimes, avec, comme point nodal, la Terreur, dominée par Robespierre, le monstre par excellence.
S'identifier pour envoyer des commentaires.