Passion et Oubli d'Anastassia Lizavetta, roman
EAN13
9782020975216
ISBN
978-2-02-097521-6
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
Cadre vert
Nombre de pages
348
Dimensions
22 x 14 x 1 cm
Poids
310 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier

Passion et Oubli d'Anastassia Lizavetta

roman

De

Traduit par

Seuil

Cadre vert

Offres

Autre version disponible

• Anastassia Lizavetta, belle montevidéenne de 32 ans, sans histoire, mariée, un enfant, se saisit un beau matin d’un couteau de cuisine et assassine sauvagement son mari endormi. Elle déambule dans Montevideo pendant douze heures et c’est cette journée que raconte son cousin, un psychanalyste, qui cherche à comprendre les raisons d’un tel passage à l’acte.Après le crime, Anastassia va au marché, décide de se faire teindre en blonde, rend visite à sa sœur aînée, traverse la ville en taxi, se promène dans un centre commercial, suit un homme dans un motel pour finalement aller errer dans le quartier de son enfance. Chaque minute de cette errance la renvoie à des souvenirs pour elle insupportables qui prennent, dans son esprit perturbé, une dimension tantôt avilissante tantôt hallucinée, révélatrice de la perception que la jeune femme a de sa vie et de sa ville : l’ennui, la médiocrité, la perte des illusions et des rêves.La violence, dans ce roman audacieux aux accents dostoïevskiens et qui rappelle les films de David Lynch, résulte moins d’une réalité sociologique tangible que d’une reconstruction du réel, dominée par les excès d’interprétation du cousin psychanalyste et par les émotions d’Anastassia Lizavetta.Juan Carlos Mondragón, l’écrivain uruguayen le plus important depuis Juan Carlos Onetti, revient une fois encore à sa ville de Montevideo avec un roman puissant et original. Prenant à l’envers la trame des histoires policières, il se fait complice de la révolte des femmes et, de sa prose dense et singulière, fouille sans concessions les zones obscures de notre imaginaire.

• Juan Carlos Mondragón est né en 1951 à Montevideo. Son œuvre s'inscrit dans la tradition littéraire du Rio de la Plata dont il est l'un des plus singuliers rénovateurs. Auteur de plusieurs romans, essais, nouvelles, il a reçu le Premio Nacional de la Critica pour Le Principe de Van Helsing (Seuil, 2004). Membre de l'Académie des lettres de l'Uruguay, il vit à Paris et enseigne à l'université de Lille III.Bio traducteur, Gabriel Iaculli pour rabat droit jaquette:Outre son travail remarqué sur quelques phares de la littérature espagnole et latino-américaine (Cervantès, Lorca, Rulfo, Unamuno), Gabriel Iaculli est surtout connu pour ses traductions des romans de Juan Manuel de Prada, de diverses œuvres de Sergio Pitol, et de Jorge Volpi. Il a récemment donné voix en français à Santiago Roncagliolo, Martín Kohan et Juan Carlos Mondragón.
S'identifier pour envoyer des commentaires.