Le livre des proverbes chinois - 2200 aphorismes à méditer
EAN13
9782845922600
ISBN
978-2-84592-260-0
Éditeur
PRESSES CHATELE
Date de publication
Collection
Sagesses orientales
Nombre de pages
200
Dimensions
21 x 14 x 0 cm
Poids
500 g
Langue
français
Code dewey
398.995

Le livre des proverbes chinois - 2200 aphorismes à méditer

De

Presses Chatele

Sagesses orientales

Indisponible
e9782845922600_cover.jpg

COLLECTION « SAGESSE DE L'ORIENT »

Classiques de la poésie chinoise.

Miyamoto Musashi, Le Livre des cinq roues.

Sun Zi, L'Art de la guerre.e9782845922600_i0001.jpg

Ce livre constitue une édition augmentée
du Grand Livre des proverbes chinois, publié par
les Presses du Châtelet en 1999.

www.pressesduchatelet.com

Si vous souhaitez recevoir notre catalogue et être
tenu au courant de nos publications, envoyez vos
nom et adresse, en citant ce livre, aux Presses du
Châtelet,
34, rue des Bourdonnais 75001 Paris.
Et, pour le Canada, à
Édipresse Inc., 945, avenue Beaumont,
Montréal, Québec, H3N 1W3.

978-2-845-92260-0

Copyright © Presses du Châtelet, 2009.

Sommaire

COLLECTION « SAGESSE DE L'ORIENT »
Page de titre
Page de Copyright
Avant-propos

Avant-propos

« Les Chinois, ils font comme les Français mais... à l'envers ! » Cette phrase, entendue il y a quelques années sur France Inter, était prononcée par un petit Parisien devant ses camarades de classe. Elle résumait, dans son esprit, tout un ensemble d'observations réalisées au cours de vacances passées avec ses parents en Chine. Il avait été frappé par une multitude de détails de la vie courante : par exemple, il s'était aperçu que les Chinois, comme nous, comptent sur leurs doigts, mais en commençant par l'auriculaire (au lieu du pouce), ou encore qu'ils épluchent fruits et légumes avec un couteau, mais le tranchant de la lame tourné vers l'extérieur, ou enfin que la couverture de leurs livres correspond à notre quatrième de couverture et que leurs boussoles indiquent le Sud...

En découvrant la Chine et ses habitants, l'enfant avait eu l'impression curieuse de contempler ses semblables à travers un miroir dont, comme celui d'Alice, la surface pouvait être traversée et débouchait sur une étrange symétrie. Cette plongée dans l'incompréhensible l'avait amené à réfléchir. Dans cet espace immense et lointain comme un autre monde, les indications nécessaires à la vie ordinaire, pourtant bien présentes, audibles et visibles mais obéissant à une symbolique différente, devenaient illisibles, opaques. Le gamin faisait l'expérience d'une émotion très particulière : se sentir « comme un illettré dans le métro ».

Pour peu que le pays ne lui soit pas hostile, la masse bruissante d'une langue inconnue constitue une enveloppe délicieuse qui protège le voyageur de toutes les aliénations de sa langue maternelle ; les a priori, l'origine sociale ou régionale du locuteur, son degré de culture, d'intelligence, de goût, l'image à travers laquelle il se constitue comme personne et qu'il vous demande de reconnaître. La langue inconnue, dont on saisit la respiration, l'émotion, forme autour de soi comme un léger vertige, entraîne dans un vide artificiel. On vit dans l'interstice, débarrassé de tout sens plein. C'est le lieu idéal pour observer à loisir les signes et les mécanismes culturels qui les font naître, débarrassés de la domination des codes. Et si fixer un rendez-vous (par gestes, dessins, onomatopées) prend beaucoup de temps, c'est tout le corps de l'autre qui a été connu pendant ce laps de temps, goûté, reçu et qui a déployé, sans fin véritable, son propre récit – son propre texte.

Or, il se trouve qu'en Chine l'empire des signifiants est si vaste, excède à tel point la parole et l'écriture que l'échange des signes reste d'une richesse, d'une mobilité et d'une subtilité fascinantes en dépit de l'apparente opacité de la langue.

Nous savons que les concepts principaux de la philosophie aristotélicienne ont été en quelque sorte contraints par les articulations de la langue grecque. Combien, inversement, il serait bienfaisant de se transporter dans une vision des différences irréductibles que peut nous suggérer, par lueurs, une langue très lointaine ; descendre dans l'intraduisible, en éprouver une secousse jusqu'à ce qu'en nous vacillent les droits de la langue paternelle.

Tels chapitres de Margouliès, d'Etiemble ou de Granet sur le chinois, tel propos d'un ami sur la calligraphie ouvrent le romanesque intégral permettant d'entrevoir un paysage que notre parole, celle dont nous sommes propriétaires, ne pouvait ni deviner ni découvrir.

L'écriture chinoise, réputée pour être l'une des plus indéchiffrables de la planète, se présente, paradoxalement, comme une langue universelle.

Pouvons-nous imaginer un système linguistique unique rendant compte d'une dizaine d'idiomes aussi étrangers les uns aux autres que le serait l'italien du persan ou le suédois du bambara ? C'est pourtant cette imagination qui nous est demandée quand nous pratiquons le calcul ou la comptabilité : les rangées de chiffres que nous alignons peuvent être lues – dans leurs langues – par un Espagnol aussi bien que par un Allemand, un Australien ou un Russe.

Pourquoi sommes-nous si convaincus de la supériorité de nos alphabets alors que nous en faisons quotidiennement le quasi-abandon dans la pratique des sciences exactes ou, tout simplement, quand nous voulons être précis et concrets ? Nos chiffres (arabes) et les signes mathématiques qui les accompagnent s'écrivent, comme le chinois, en idéogrammes et, comme tels, sont devenus universels. Le catalogue exhaustif de ces signes tient aisément sur le clavier d'un ordinateur et n'importe qui peut raisonnablement penser qu'il est possible d'en acquérir la maîtrise sans recourir à un système organisé, autre que l'ordre naturel, pour les mémoriser.

Il semblerait, vu d'Occident, qu'il n'en aille pas de même avec la langue écrite chinoise.

Or, les quarante-cinq mille « han zi » (caractères) qui la composent, « logiquement » inclassables puisqu'ils échappent à un ordre phonétique arbitraire mais limité, l'alphabet, sont cependant classés dans des dictionnaires. Admirable présence du corps dans l'écriture, le nombre et l'ordre des gestes nécessaires à leurs tracés déterminent la typologie des signes.

Si, comme dit Mallarmé, l'écriture est « faite des gestes de l'idée », chaque caractère est singulier. Mais cette singularité ne vise pas à l'original, à l'individualité, elle n'est pas ici surpassement, victoire : elle n'est que différence. C'est pourquoi la beauté calligraphique ne s'y définit pas par une singularité inaccessible. Elle est reprise çà et là, elle court de différence en différence, disposée dans un grand syntagme.

« L'idée n'est pas le mot : elle vit dans le mot », dit le sage taoïste. Chaque idéogramme définit le cadre d'un concept afin de le rendre préhensile par la pensée tout en le gardant vivant. Ici, pas de conjugaison, pas de pluriel, pas de genre, pas de déclinaison, l'émotion ne poisse plus, n'inonde plus, ne submerge plus, elle devient lecture. Les stéréotypes disparaissent sans que, pour autant, le texte ne verse dans l'originalité, la « trouvaille ». C'est le règne de la citation, la pincée d'écriture, le fragment, car aucun auteur ne peut prendre au compte de sa propre personne ce qu'il n'est jamais seul à écrire.

Les conversations sont faites du tressage des codes. Les références, les constats détachés, multiplient les points de vue et les mettent en réseaux par le jeu d'une combinatoire qui définit l'espace de la langue. Ce qui est commencé par l'un est repris et continué par l'autre, sans trêve.

La nature même du chinois, dont la brique élémentaire est la monosyllabe signifiante, la mélodie de sa phrase composée de l'alternance des tonalités longues et brèves, l'invariabilité des mots et une grammaire subliminale tenant plus de l'arithmétique positionnelle que de l'analyse logique, établissent une coupure nette entre style parlé et écrit.

Dans un énoncé, toute syllabe a un sens lexical ou fonctionnel. Toutefois, prononcée seule, elle sera probablement incompréhensible. Pour une unique émission de voix, une multitude de sens possibles. Seuls les contextes permettent à l'auditeur d'en établir correctement le sens.

Dans sa forme écrite, la syllabe devient caractère. Connaître un caractère implique que l'on sait ce qu'il signifie. Le contexte est a priori moins important que dans le discours parlé.

La syllabe li (quatrième ton), par exemple, correspond à plus d'une trentaine de caractères, chacun possédant une signification di...
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Patrice Serres