Wilfrid S.

Les Saisons, roman

roman

Christian Bourgois

17,00
par (Librairie Le Cyprès)
10 juin 2020

A la tombée de la nuit un homme arrive seul dans un village où l'on n'a pas vu d'étranger depuis longtemps. L'accueil est froid et étrange. Dans cette vallée encaissée, dans ce village cerné de rocailles on ne connaît que deux saisons : 40 mois de pluie automnale et 40 mois d'hiver glacial. On ne s'y nourrit que de lentilles, on ne s'y enivre que de liqueurs de lentilles. Les moeurs de la population sont étranges et dérangeants, le café-hôtel où loge Siméon est d'une crasse époustouflante, tenu par la veuve Ham, une femme énorme contenue dans un corset gigantesque. Que cherche Siméon dans ce coin désolé ? Que va-t-il advenir de lui ?
C'est le genre d'ouvrage qui prenait la poussière dans ma bibliothèque depuis des années, un livre qui m'intriguait et me repoussait à la fois, nimbé d'une légende sulfureuse "un livre atroce, d'une noirceur indicible", mais aussi un livre culte pour beaucoup.
Fascinant, au sens strict et profond du terme, j'ai été fasciné par cet univers étrange, cet imaginaire puissant, par ces vies glauques, ces scènes où l'on ne sait si l'on doit rire ou pleurer, par cette ambiance d'eau, de boue, de pourriture, de glace ensuite, par cette survie animale, brusque, par cette humanité étrange, si éloignée et pourtant si proche, comme une planète des singes. Le livre a été publié pour la première fois en 1965 chez Julliard, puis repris par Bourgois en 1975, l'édition de poche (10/18, 1984) était depuis longtemps épuisée, c'est un événement littéraire de retrouver ce texte en poche, l'écriture simple et élégante n'a pas pris une ride, si vous n'avez pas peur d'être secoués jetez-vous sur cet étrange livre.
Recommandé pour les amateurs de littérature américaine crasseuse, de contes cruels, pour ceux qui se plaignent toujours d'avoir un "temps pourri".

La cité de feu

Sonatine éditions

23,00
par (Librairie Le Cyprès)
10 juin 2020

Après un prologue très énigmatique, le lecteur est ramené trois cent ans plus tôt dans le Languedoc, à Carcassonne en 1562 dans les cachots de l'Inquisition. Dans tous le pays les tensions s'exacerbent entre catholiques et protestants, le royaume est au bord de la guerre civile.
A Carcasonne la famille Joubert vit également des heures sombres, la patriarche, libraire de son état, catholique et œcuménique n'est plus que l'ombre de lui-même, mutique et préoccupé, la boutique périclite, sa tolérance n'est guère appréciée par les autorités catholiques. A Toulouse un jeune prélat ambitieux met tout en oeuvre pour retrouver une sainte relique dérobé par un huguenot, autrefois son meilleur ami. A Puivert une noble châtelaine est prête à tout pour conserver son domaine et son héritage.
Tous les éléments sont posés pour bâtir un solide et copieux roman/thriller historique et la promesse est tenue. Les tensions entre communautés religieuses sont palpables, les rebondissements dans l'intrigue nombreux, les menaces planent, nébuleuses. On frémit pour les personnages principaux que l'on prend nécessairement en affection.

Premier tome d'une trilogie.

Recommandé pour les amateurs d'intrigues historiques à suspense, pour les amoureux de la ville rose, pour ceux qui n'ont pas tout compris en regardant La reine Margot.