Littérature -.

par (Librairie Page et Plume)
20 mai 2020

Scions, scions du bois!

Un bref roman qui ne manque pourtant pas de consistance. À la fois dépaysant, passionnant et intelligent, nous sommes plongés dans cette Nature aussi belle que dangereuse où le moindre faux pas, un manque de vigilance, un moment d'inattention peut être fatal. Entre obstination, rédemption, l'envie de prouver qu'il peut encore faire partie de ce village, qu'est-ce qui pousse Simon à aller là-haut dans la montagne, abattre les arbres les plus difficiles ? Et qui est cet homme étrange qui lui apparaît aux moments fatidiques de son existence ? Fascinant, intrigant...

par (Librairie Page et Plume)
18 mai 2020

Un sacré voyage!

Tracy Chevalier aime raconter des histoires, camper des personnages, leur laisser le temps de vivre, de devenir quelqu'un, d'avoir de l'amplitude, de l'épaisseur, même les seconds rôles ont une histoire, une psychologie, un caractère. J'ai voyagé aux Etats-Unis d'un coin boueux peu accueillant, le Black Swamp au nord-est à la Californie, ses saloon et ses séquoias géants. J'y ai appris des choses sur la vie aux Etats-Unis au 19ème siècle, sur les pommes, les arbres, les façons de voyager, les traditions, les rapports entre les êtres humains. J'étais ailleurs, j'étais loin, j'étais avec eux. Tracy Chevalier prend par la main, et elle a une sacrée poigne car elle ne nous lâche pas!

par (Librairie Page et Plume)
18 mai 2020

La relève de Toni Morrison

Quel texte! Quelle plume! Un roman polyphonique qui aborde de nombreux thèmes comme la misère sociale, le racisme, la violence mais aussi avec un côté plus spirituel, les esprits, les chants, la Nature, une forme d'animisme personnel, bref, c'est un roman d'une grande richesse, d'une grande force. L'auteure est très clairement dans la lignée d'une Toni Morrison, elle en a l'étoffe, la relève est assurée. Un texte qui permet de continuer à essayer de saisir l'Amérique dans sa complexité. Et des personnages tous aussi attachants dans leurs fragilités, leurs failles, leur incapacité à exprimer l'amour qu'ils se portent pourtant les uns aux autres, leur part d'ombre aussi, de mystère. Magnifique!

par (Librairie Page et Plume)
18 mai 2020

Un vrai bonheur de lecture!

J'ai découvert Laurence Peyrin avec son roman précédent "L'aile des vierges" que j'avais beaucoup aimé, une héroïne avec une vraie personnalité et une histoire très romanesque. J'avais donc hâte de découvrir son nouveau livre et je n'ai pas été déçue. On retrouve cette écriture romanesque qui nous fait tourner les pages sans qu'on s'en rende compte et dévorer cette histoire en un weekend. Encore une héroïne difficile à oublier, par son prénom déjà, ses prénoms: Gloria Mercy Hope Merriman, où comment l'histoire de votre vie est écrite dès votre acte de naissance, tout un programme! Une héroïne qui va vivre des drames intimes mais l'intelligence de l'auteure c'est que par ces drames personnels elle parle aussi d'une partie de l'histoire des Etats-Unis, des riches de Miami aux "rednecks" de Floride en passant par les luttes pour les droits civiques des afro-américains, nous sommes dans les années 60, les lignes bougent difficilement (et de se dire que 50ans plus tard les questions sont toujours tristement d'actualités!). Un très beau roman riche et passionnant!

par (Librairie Page et Plume)
18 mai 2020

Trompe-l'oeil

Paula Karst est une jeune femme qui a la particularité d'avoir les yeux vairons et un léger strabisme. Ses yeux, son outil de travail. Passionnée d'art et de peinture elle intègre une école en Belgique, mais à l'étonnement de ses parents, ce n'est pas les Beaux-Arts, mais une école de peinture en décor, où l'on apprend l'art du faux, du trompe-l’œil. Et si vous pensiez que faire un faux marbre ou une fausse fresque pour le cinéma est plus "simple", "plus facile", sachez que c'est réellement tout un art. C'est ce que Paula va apprendre, au début assez perdue, elle va devoir s'accrocher pour comprendre ce qu'on attend d'elle. Elle sera aidée dans sa quête par deux amis Jonas et Kate, qui passent ensemble leur vie dans ce minuscule appartement à Bruxelles, des heures à peindre, à discuter et plus si affinité. Sortie de l'école on va la suivre sur plusieurs chantiers et découvrir la palette d'endroits où le trompe l’œil est présent, où elle peut potentiellement officier. Chaque page est constellée d'un vocabulaire riche autour des couleurs, des nuances, des textures, parfois jusqu'à l'excès, mais cela donne la sensation étrange d'entrer dans un monde où nous n'aurions pas toutes les clefs mais la certitude pourtant d'avoir fait un beau voyage parmi les sens. Maylis de Kerangal aurait pu se reposer sur ses lauriers, reproduire quelque chose qui a fonctionné par le passé, mais elle préfère nous emmener vers un nouveau terrain, une nouvelle expérience, quitte à se mettre en danger. Et ça me plaît!