Lara C.

Et les vivants autour
par (Librairie L'Armitière)
30 juillet 2020

Jeanne est dans le coma. Depuis 4 ans. Rien ne bouge, et pourtant. Un jour, il arrive quelque chose. Et tout bascule. Son entourage, qui était lui aussi endormi, se réveille.

Tenant plus du roman noir que du thriller, "Et les vivants autour" est un implacable portrait des relations humaines qui se nouent autour d'un drame apparent, une déconstruction ou une reconstruction de soi, cristallisée autour du personnage de Jeanne, qui navigue à la périphérie des questions éthiques relatives à la vie. Quel brassage des thèmes ! Un très bon roman que je recommande vivement.

Comme un chien
par (Librairie L'Armitière)
30 juillet 2020

C'est l'histoire de Della, une enfant star dont les parents ont bien compris l'intérêt financier qu'ils pouvaient en tirer. Victime d'un accident, ce porte-monnaie sur patte est défiguré. Et ça tourne mal. Parce qu'avec tout ça, la famille part en cacahuète. Heureusement, il y a Cathie, le chien.

Ce roman est horrible à bien des égards. Horrible non pas parce qu'il manque de talent, mais parce qu'on suit l'explosion en plein vol d'une cellule familiale déjà bien dysfonctionnelle. Ce roman est horrible parce que sous couvert du fantastique, il dépeint des tragédies. Ce roman contient des personnages horribles.

C'est un roman qui m'a suivie bien après ma lecture. C'est donc un roman coup de coeur.

Le corps

Albin Michel

13,90
par (Librairie L'Armitière)
30 juillet 2020

Ne cherchez pas le fantastique ou l'horreur dans cette novella de Stephen King, qui se présente comme son oeuvre la plus intime et une ode magnifique à la fin de l'enfance.

"Le corps", c'est cet été 1960, Castle Rock, la canicule, l'ennui.

On s'y croirait, ça fleure bon la nostalgie d'une époque et d'une vie que je n'ai pas vécue, mais que le King sait si bien magnifier. Et pourtant, il y a cet enfant mort, et pourtant il y a cette duplicité des adultes, la violence physique ou psychologique, et pourtant c'était fondateur comme chacun de nos chemins de vie.

En ce qui me concerne, je n'en aime que plus cet auteur et son oeuvre après avoir lu ce livre. Je ne dis pas que c'est le meilleur de ses écrits, mais il permet de toucher du doigt la genèse de S.King, auteur, et rien que pour cela, il mérite d'être lu.

NOUVELLES EN TROIS LIGNES

Feneon Felix

Libretto

8,10
par (Librairie L'Armitière)
30 juillet 2020

Ces "Nouvelles en trois lignes", qui relatent des faits divers rédigés pour le journal local entre février et novembre 1906, sont un bijou de rédaction !

Leur brièveté et le style de Félix Fénéon les nimbent d'une certaine poésie malgré la gravité des faits relatés.

S'il faut replacer certaines idées dans le contexte de leur époque, d'autres faits divers - la plupart - pourraient être actuels. Comme quoi : ce n'était pas mieux avant. Querelles amoureuses ou politiques, dissensions autour de la séparation de l'Église et de l'État, grèves,...Tout un pan historique se dessine sous nos yeux.

Alors oui, c'est sombre; oui, c'est cynique; mais quel plaisir à la lecture grâce à la plume de l'auteur !

Faites-moi plaisir

Éditions de L'Olivier

13,00
par (Librairie L'Armitière)
30 juillet 2020

Attention, roman à deux voix politiquement incorrect qui vient interroger ce qui est inacceptable et juridiquement répréhensible, et ce qui appartient à la vindicte populaire au prix d'un lynchage médiatique et professionnel d'une personne.

À l'heure des hashtags "me too" et "balance ton porc", Qin, qui travaille pour une boîte d'éditions new-yorkaise est licencié et poursuivi en justice pour conduite inappropriée dans le cadre si travail : il harcèlerait sexuellement ses collègues féminines.

Disons-le tout de suite : le personne de Qin (m') est répugnant et plus d'une fois le lecteur s'interroge sur sa conduite. Paradoxalement, et c'est la force du roman, l'autre nous montre les zones de gris dans le comportement de Qin, et surtout dans celui de ses détractrices. Un chapitre est particulièrement, et si l'on ne peut que prendre en pitié paradoxalement cet homme. Les chapitres rédigés du point de vue de Margot, sa meilleure amie et seule personne qui soit publiquement pour sa défense sont à ce titre très éclairants sur l'ambivalence de chaque personnages.

À découvrir.