Anne-Lise D.

Judas

Folio

7,80
par (Librairie La Galerne)
20 juin 2018

Formidable et totalement subversif

À travers le regard de Schmuel (étudiant paumé et en rupture amoureuse), embauché pour tenir compagnie et faire la conversation à un vieil homme érudit et reclus, Amos Oz fait le parallèle entre Judas le traître (ou celui qui aime passionnément et révèle) et la création de l’état d’Israël.
Judas interpelle, questionne. C’est un grand roman formidable et totalement subversif !

La maison au bord de la nuit / roman
par (Librairie La Galerne)
20 juin 2018

Un vrai roman populaire pour le plaisir

J’ai tout de suite aimé Amedeo et sa famille. J’ai aimé cette petite île silencieuse où l’on respire les bougainvilliers, les lauriers roses, je me suis laissée bercer par les légendes de Sainte-Agata.
Cette traversée du XXe siècle a un charme fou, une douce nostalgie… un parfum d’amour et de fraternité. Un vrai roman populaire pour le plaisir.

Un paquebot dans les arbres

Goby, Valentine

Actes Sud

7,80
par (Librairie La Galerne)
20 juin 2018

Tendre et extrêmement émouvant

Valentine Goby dresse le portrait de Mathilde, fille de « tubards » dans les années 50. Mais quelle personnalité cette Mathilde ! Combative, effrontée, pleine de vitalité, elle fera tout pour sauver sa famille.
Un paquebot dans les arbres est un roman lumineux, tendre et extrêmement émouvant !

Le Pique-nique des orphelins
par (Librairie La Galerne)
20 juin 2018

Beau comme la vie

C’est l’histoire de trois enfants abandonnés par leur mère envolée on ne sait où. C’était plutôt mal parti pour eux, mais c’est sans compter sur Louise Erdrich ; ses romans ne sont jamais cyniques. Son univers est fantasque, inventif et très cocasse. Ses personnages désespérants ou désespérés ont un panache incroyable. Diablement romanesque, tragique et burlesque, beau comme la vie.

Le chagrin des vivants
par (Librairie La Galerne)
20 juin 2018

Grand coup de cœur

Le deuil est universel.
1920, à quelques jours de la première cérémonie en l’honneur du Soldat Inconnu à Westminster. Anna Hope évoque avec beaucoup de talent le silence et le désespoir des hommes revenus de 14-18, et le quotidien de trois femmes, elles aussi meurtries mais bien résolues à tourner la page pour revivre. Grand coup de cœur pour ce premier roman so british plein de grâce et d’humanité.