Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Les Oxenberg & les Bernstein

Mihuleac, Catalin

Les Éditions Noir sur Blanc

22,00
par (le Carnet à spirales)
15 octobre 2020

« On ne peut pas emporter son pays à la semelle de ses souliers » 2001, Sânziana Stipiuc vit en Roumanie et est chargée d’accueillir Dora et son fils Ben Bernstein, juifs américains, à la tête d’une entreprise de vêtements « seconde main ». Coup de foudre réciproque et départ de Suzy, ainsi que la surnomme aussitôt Dora, pour épouser Ben. Suzy devient l’indispensable ambassadrice de Bernstein Vintage Ltd en Roumanie et auprès de nombreux clients. Elle se heurte toutefois à l’insensibilité de Dora, véritable belle-mère envahissante et pénible. Soixante ans plus tôt, en Roumanie, à Iasi, vit la famille Oxenberg dont le père Jacques est un obstétricien réputé et adoubé par les huiles au pouvoir. Iasi… Aux Etats-Unis le titre original est « America de peste pogrom ». Iasi… Tabou de l’histoire roumaine, tombé dans un oubli coupable. Et pourtant. Catalin Mihuleac mêle et mène les deux époques en alternance pour donner au roman une puissance croissante. Elle offre à ses personnages une épaisseur, un visage, une histoire qui, au moment de la déflagration narrative, laissera le lecteur pantois et abasourdi. Avec un humour très « bénignien » (Roberto pour les intimes), un détachement très subtil et une description sans jugement ni avis moralisateur, elle offre des pages d’une grande justesse et d’une émotion palpable. Bien sûr les deux histoires se rejoignent. Balloté par l’histoire en un torrent déchainé Dora n’est pas cette mégère non apprivoisable. La grande force de ce livre est son ton. Dans l’ordinaire du quotidien le lecteur se glisse dans la vie de ces deux familles, des caves au grenier jusqu’au plus petit détail. Se glisser dans leurs vies pour mieux cerner l’absurdité et la bêtise de l’homme. Alors les scènes déjà insoutenables le deviennent encore plus encore. Grand livre simplement. Et laissons Joe, père de Ben et mari de Dora, personnage si attachant conclure en complétant la citation initiale : « mais il reste toujours quelques chose dans le talon ».

In Magazine Initiales - Novembre 2020

Héritage
19,50
par (le Carnet à spirales)
15 octobre 2020

Est-il encore besoin de préciser que Miguel Bonnefoy est un conteur hors pair. Qu’il entraine dès la première ligne le lecteur dans son histoire, matinée de surréalisme cher aux sud-américains. Fuyant le phylloxéra qui anéanti les vignes dans son Jura natal, Lonsonier, après un voyage difficile, s’arrête bien malgré lui au Chili et fera fortune. Point de départ de cette saga familiale, cette installation au Chili deviendra légende pour les descendants de celui venu de Lons le Saunier. Alors les personnages prennent racines, font corps, deviennent à la grâce de l’écriture sensuelle et particulièrement précise de Miguel, vivants. Cinématographique la volière absolument fascinante de Thérèse, le courage et la force de Margot, la pionnière de l’aviation ou l’engagement politique d’Ilario Da militant pro-Allende qui subira la torture dans les geôles fascistes. C’est cela Miguel Bonnefoy : souffler le chaud de vies aventurières et magnifiques. La beauté des oiseaux, des maisons et des jardins, la richesse de la culture, les rencontres et l’amour. Et puis souffler le froid d’une vie chahutée dans le vent de l’Histoire où le courage et la sincérité des personnages offrent des scènes d’émotion pure. Pessimiste Miguel ? ou plus simplement réaliste ? Ce qui est évident c’est que ce nouveau roman démontre la place à part de Miguel Bonnefoy dans le paysage de la littérature française. Ses origines et sa vie saltimbanque, ses lectures et sa curiosité, son admirable sensibilité sont le pétrole, les essences, de ses œuvres. Dans « Héritage » un cap nouveau est franchi en intégrant avec maetria des pages remarquables de la « grande » Histoire : Tranchées de la Somme et batailles aériennes, ces deux guerres qui jalonnent cette histoire familiale. Et que dire de la puissance émanant de ses écrits sur les heures passées dans les geôles de Pinochet. Rien dire. Lire. Se souvenir. Ne pas oublier. « Ils voulaient construire un moulin, alors qu'ils interdisaient le vent. »…

In Magazine Initiales - Novembre 2020

Retour à Martha's Vineyard
24,00
par (le Carnet à spirales)
14 octobre 2020

Martha’s Vineyard. C’est sur cette ile emblématique de l’Est des Etats-Unis que tout commence et que tout s’achève. Richard Russo, intelligemment, brillamment, livre un roman tout en énigme, en serrures, dont il ne nous livrera les clefs qu’à la toute fin. 1971, Jacy, jeune fille farouchement indépendante, volontiers provocatrice fête la fin des études sur Vineyard avec ses trois acolytes, Teddy, Mickey et Lincoln. Quarante-cinq plus tard, les trois étudiants désormais sexagénaires se retrouvent sur l’île, obsédés par l’absence tellement présente de celle dont ils furent amoureux et qui disparut à jamais à l’issue de ce week-end gravé dans les mémoires. Qu’est-il arrivé à cette fille de la bourgeoisie américaine de Greenwich qui fréquentait des gars issus de milieux populaires ? Un vrai coup de cœur pour ce roman choral qui dépeint avec justesse l’Amérique sur plusieurs décennies et qui questionne sur l’existence, les autres, les choix, le libre-arbitre. « Quand on découvre que la vérité n'est que mensonge »...

Les pantoufles

Fouassier, Luc-Michel

Arbre Vengeur

13,00
par (le Carnet à spirales)
11 octobre 2020

Troquer ses chaussures rigides contre une bonne paire de charentaises douillettes et confortables, rien de tel pour voir le monde autrement. Au travail, au restaurant, dans la rue, en famille, les pantoufles ça vous change la vie. C’est ce qu’expérimente le narrateur de cette fable drôle et subtile qui se retrouve sur son palier en pantoufles, la porte de son appartement verrouillée de l’intérieur. D’abord gêné, il s’aperçoit bien vite que le port de ses chaussons en toutes circonstances lui donne une assurance et une liberté jamais goûtées auparavant. Un petit bonheur de lecture.

Rose rage

Cantin, Illana

Hachette Romans

15,90
par (le Carnet à spirales)
3 octobre 2020

Rose Rage

Rachèle est plutôt du genre réservée, mais là ce n’est plus possible, elle ne peut plus laisser passer ça.
Une injustice de trop, une injustice qui ne punit pas le harcèlement, les attouchements et les propos sexistes auprès des jeunes femmes dans une école se prénommant contradictoirement Lycée Olympe de Gouges... Rachèle a les moyens de dénoncer ce qu’il se passe, il ne reste plus qu’à agir 👊. Un livre nuancé, juste, réfléchi qui questionne et apprend sur le féminisme ou plutôt; les féminismes. Des personnages sensibles et touchants !