MyriamPele

Je grignote surtout la nuit...Jamais rassasiée! Je lis surtout des romans, j'aime beaucoup les nouvelles et je commence à m'intéresser à la BD .

Ma vie de (grand et parfait) génie incompris
11 octobre 2016

Portrait d'un écrivain de 12 ans

Le jeune Arthur (12 ans, en classe de cinquième), est un "génie" de l'écriture. Toutes les formes d'écriture lui conviennent: mails, journal intime, correspondance écrite, nouvelles, compte-rendus, articles... et il excelle dans cet art! Au cours des pages de cet ouvrage, nous découvrons un adolescent plein de vie et d'espoirs, qui a la chance de pouvoir exprimer ses émotions avec des mots. Sa prof, Mme Whitehead (si, si !), sage et encourageante, l'accompagne -par écrit- dans ses doutes et ses impatiences. Ce portrait d'un jeune canadien, parfois insolent, parfois tendre,peut agacer parfois mais je l'ai trouvé plutôt touchant.

Nouvelles nouvelles d'Azerbaïdjan
19,00
27 septembre 2016

Pays sans visage

C'est une vraie découverte ! Le nom de ce pays m'était inconnu il n'y a pas encore si longtemps. Quant à son histoire, à sa situation, à ses paysages et sa population, alors c'était un grand mystère !
Ces huit nouvelles et les illustrations d'Hugo Pratt ont bien éveillé ma curiosité. Chacune de ces évocations d'un pays mal connu est originale, et révèle un aspect de ce lieu étrange, pétrole, chevaux au pelage rouge, histoires et rumeurs. Un beau livre, à découvrir!

Un paquebot dans les arbres
23 septembre 2016

Magnifique mémoire

Encore une fois, madame Valentine Goby nous embarque dans une histoire vraie, une histoire de mémoire, une histoire tragique mais qui porte un formidable espoir en l'âme humaine. Remarquable !

Ceux de Falesa
9 septembre 2016

Un roman écrit au XIXème siècle ? Oui, certaines phrases aujourd'hui pourraient choquer le lecteur. Stevenson parle d'"indigènes" de "nègres"...
Mais l'histoire racontée ici, dans le décor des "mers du Sud", sur des îles où règnent corruption, violence, règlements de compte, est écrite dans un style qui surprend, tant il est proche des romans modernes.

Pipe, chien
29 août 2016

Dès la couverture, je me suis plongée un siècle plus tôt, au milieu d'un cirque comme on n'en voit plus. Petit chien sans race, personnage aux cheveux huilés, montre à gousset, et ce titre, écrit comme sur une affiche désuète...
Avec beaucoup de soin, un style littéraire parfois démodé, l'auteur est toujours sarcastique et très critique sur l'espèce humaine. Tous les personnages créés par Francis Jammes ont en écho probablement des modèles existant en ce début du XXème siècle.
Ce pipe-Chien a un regard bigrement acide mais tellement lucide , Il ne lui manque que la parole, mais Francis Jammes lui prête tout de même sa plume !