Eireann Yvon

http://eireann561.canalblog.com/

Amoureux de la lecture et de la Bretagne, j'ai fait au hasard des salons littéraires de la région beaucoup de connaissances, auteurs ou lecteurs.
Vous trouverez mes chroniques ici :
http://eireann561.canalblog.com/
A bientôt.
Yvon

Je vous inonderai de lettres / 1834-1846
16 septembre 2019

Je vous écris....

Henry David Thoreau fut en son temps un écrivain prolifique.
En dehors de ses deux chefs d’œuvre (les plus connus) que sont "Walden" ou "La désobéissance civile", sa bibliographie est pléthorique.
Mon exemplaire de « La désobéissance civile » date de mil neuf cent soixante huit, je l'ai relu il y a peu. Quelques années après j'ai lu « Walden ou la vie dans les bois » que je me suis promis de relire depuis très longtemps.
Son journal par exemple a été édité en quatre volumes chez « Finitude » qui sont bien rangés dans ma bibliothèque. Trois volumes sont prévus à « La Part Commune » pour sa correspondance ; ici, il s’agit du premier tome qui couvre les années de 1834 à 1846.
Il est à noter que d'après l'état civil il se nomme David Henry Thoreau !
Cet ouvrage comprend, en plus de 146 lettres écrites ou reçues, une préface (très instructive) et une note sur l’édition en début d’ouvrage. Il se clôture par de nombreuses pages (plus de 100) de notes absolument indispensables, un index de noms et une chronologies des lettres.
Si certaines lettres sont d'une haute tenue littéraire, certaines par contre ont un côté très matériel :
-Monsieur.
Les occupants du numéro trente-deux à Hollis Hall aimeraient que cette chambre soit peinte et chaulée, et si possible aussi qu'on y installe une nouvelle cheminée. Respectueusement vôtre. Thoreau & Richardson.
Pour moi il est très difficile de parler d'un livre concernant des correspondances, car ce n'est en général pas une lecture très facile.
Les personnages de ce livre sont les multiples correspondants de Thoreau, sa famille, sa mère Cynthia Dunbar, son père John Thoreau Sr, son frère John Thoreau Jr (mort très jeune), ses sœurs Sophia et Helen. On trouve également une très importante correspondance avec Ralph Waldo Emerson, chef de file du mouvement transcendantaliste américain au début du XIXe siècle, avec qui il entretenait des relations très étroites. On trouve aussi des correspondances avec des anonymes. On trouve un dénommé John White Webster, diplômé de Harvard, professeur qui fut pendu pour le meurtre d'un médecin à qui il devait de l'argent !
Certains des correspondants de Thoreau sont des anonymes qui n'ont pas tous laissé une trace dans l'histoire des États-Unis, ni dans le monde littéraire.
Une lecture passionnante mais très ardue, car elle nécessite des incessants aller et retour entre la lecture du courrier et des notes qui permettent de mieux situer les destinataires des dits-courriers.

LA LIGNEE ROMPUE
10 août 2019

Secrets de famille...

Second roman de Valérie Brun, après quelques très bon recueils de nouvelles.
Nous sommes en 1984, Marie Nolat est intriguée par un manuscrit, le courrier de présentation est signé du nom de F.Talon... nom qui est la version verlan du sien !
Le manuscrit commence en octobre 1943 à Grenoble. Léa Brachet est une jeune fille insouciante et amoureuse. Que l'élu de son cœur, le Capitaine Hans Schiffer, soit un officier allemand ne la dérange pas ! Elle passe pour « La paillasse à boches » mais elle méprise ces femmes. Comble du bonheur, elle doit aller à Paris avec Hans et elle est enceinte !
Enfin cela, c'est ce qui est prévu, la vérité est que son chevalier servant la drogue et l'abandonne dans une maison close. Et elle n'est pas la première, semble t-il !
Pour elle la vie n'est pas facile, elle n'est pas obligée de vendre son corps, mais elle ne comprend pas et espère percevoir la conduite de Hans. Une seule femme lui porte un peu de chaleur humaine, Mika la pianiste. Un médecin, le docteur Léon, lui rend des visites régulières, la guerre entre les forces d'occupation et les maquisards fait rage.
Les mois passent et elle accouche de jumeaux, un garçon et une fille.
Mais le manuscrit s’arrête net.
Alors Marie Nolat va tout mettre en œuvre pour vérifier la véracité de ce texte. Lire les archives, questionner des historiens, visiter les musées et les cimetières pour retrouver la trace de Léa Brachet. Une photo la met sur une piste inattendue, celle de sa propre famille. La confrontation avec sa mère et son père mourant va être houleuse et bouleverse Marie. Claude, le meilleur ami de son père, lui conseille de ne pas poursuivre ses recherches. Que cache ce silence familial ? De quel côté étaient-ils : collaborateurs ou résistants ?
Quels secrets ses silences veulent couvrir ? Et que vient faire l'auteur de ce manuscrit dans la grande Histoire avec un H majuscule ou la petite, la sienne ?
Toujours la belle écriture de Valérie Brun. En historienne, elle nous restitue la vie de cette époque troublée dans cette région où la résistance s'est petit à petit organisée et fédérée.
Cette période de l'histoire marque encore la vie de certaines familles, malgré ou à cause du silence de pas mal de protagonistes.
Un excellent roman qui nous interpelle sur notre propre histoire dont nous ne soupçonnons pas certains aspects.

Et Tati créa monsieur Hulot
5 août 2019

Et Tati inventa un nouveau cinéma...

Je suis un fan de ce cinéaste alors je me suis régalé à la lecture de cet ouvrage qui a dû nécessiter des années de recherche.
Après de courts billets d’élus de la ville de Saint-Nazaire, et une préface pleine de tendresse de Philippe Delerm, Jean-Claude Chemin nous parle de ce merveilleux film qu’est "Les vacances de Monsieur Hulot".
Peu de Français à l'époque partaient en vacances, environ 17%. On trouve dans ce livre des reproductions d'affiches vantant les mérites de la Bretagne, et en particulier ses plages.
Jacques Tati choisit Saint Marc sur Mer, qu'il qualifia de studio de plein air, qui réunissait tous les éléments qu'il cherchait.
Pour le côté technique, le film se déroule sur quatre plateaux, la rue Charcot, le tennis (une des scènes cultes avec le service en trois temps à la Hulot), la plage et l'hôtel.
Les répétions furent longues et nombreuses ce qui valut à Tati, le surnom de Tatillon ! Mais cela s'explique aussi par le prix de la pellicule, la première prise devait être la bonne.
En réalité, il y avait peu de comédiens professionnels sur ce tournage : l'exemple le plus frappant est celui de Martine, la belle jeune femme blonde est une amie du couple Tati. Il est à noter que beaucoup de techniciens ont aussi de petits rôles.
Un excellent livre plein d'anecdotes sur le tournage de ce film que j'adore. Il contient également de très belles photos du tournage, des reproductions d'affiches en particulier du film à l'étranger, Angleterre ou Espagne entre autres.
Les dessous du tournage d'un grand film des prémices jusqu'au montage final.
Après avoir fini ce livre, il ne me reste plus qu'à regarder une nouvelle fois ce chef-d’œuvre... puis de me refaire l'intégrale des films du grand Monsieur Jacques Tati !
Avec toujours autant de bonheur.

Maison des rumeurs

Robert Laffont

21,00
29 juillet 2019

Tragédie antique.

Colm Tóibín est un des auteurs irlandais les plus connus et aussi des plus prolifiques. Tous ses romans n'ont pas forcément pour cadre l'Irlande.
Ici, il revisite une tragédie grecque ayant pour thème le sacrifice d’Iphigénie ordonné par son père pour que les vents lui deviennent favorables et qu'il gagne une bataille. Trop lourd sacrifice pour la mère de celle-ci, Clytemnestre, qui ourdit sa vengeance avec l'aide de son amant, Égisthe, et d'une vieille sorcière.
Puis vient le tour d'Oreste de prendre en cours le récit, comment les soldats l'ont éloigné de son père après le retour de campagne de celui-ci. Il n'a pas compris pourquoi ! Pour lui de terribles épreuves commencent. Prisonnier, il s'enfuit avec deux autres jeunes gens, Léandre et Mitros. Il apprend la mort de son père...
Puis Électre entre en scène suivi de Clytemnestre, puis de nouveau Oreste intervient pour le dernier acte de cette tragédie antique...
Les trois personnages principaux, Clytemnestre, Oreste et Électre sont les sujets de chaque chapitre, plusieurs fois pour certains.
Parmi les autres personnages, Achille, qui servira d’appât pour entraîner Iphigénie au sacrifice, la belle Cassandre ramenée comme esclave par Agamemnon de ses conquêtes, qui ayant un don pour prévoir l'avenir, met en garde en vain celui-ci.
Colm Tóibín avait déjà revisité l’histoire ancienne avec « Le testament de Marie », où une mère porte un jugement critique sur les agissements de son fils et de ses amis, que j'avais moyennement apprécié.
Ici le défi est d'un autre niveau, mais plus réussi.
Une tragédie grecque revisitée à la sauce irlandaise.
Un récit plein de bruits, de fureur, de meurtres et de trahisons. Les Dieux sont souvent évoqués et ont bon dos pour les sacrifices, meurtres ou autre tueries.

Maison des rumeurs

Robert Laffont

21,00
29 juillet 2019

Tragédie antique.

Colm Tóibín est un des auteurs irlandais les plus connus et aussi l'un des plus prolifiques. Tous ses romans n'ont pas forcément pour cadre l'Irlande.
Ici, il revisite une tragédie grecque ayant pour thème le sacrifice d’Iphigénie ordonné par son père pour que les vents lui deviennent favorables et qu'il gagne une bataille. Trop lourd sacrifice pour la mère de celle-ci, Clytemnestre, qui ourdit sa vengeance avec l'aide de son amant, Égisthe, et d'une vieille sorcière.
Puis vient le tour d'Oreste de prendre en cours le récit, comment les soldats l'ont éloigné de son père après le retour de campagne de celui-ci. Il n'a pas compris pourquoi ! Pour lui de terribles épreuves commencent. Prisonnier, il s'enfuit avec deux autres jeunes gens, Léandre et Mitros. Il apprend la mort de son père...
Puis Électre entre en scène suivi de Clytemnestre, puis de nouveau Oreste intervient pour le dernier acte de cette tragédie antique....
Les trois personnages principaux, Clytemnestre, Oreste et Électre sont les sujets de chaque chapitre, plusieurs fois pour certains.
Parmi les autres personnages, Achille, qui servira d’appât pour entraîner Iphigénie au sacrifice, la belle Cassandre ramenée comme esclave par Agamemnon de ses conquêtes, qui ayant un don pour prévoir l'avenir, met en garde en vain celui-ci.
Colm Tóibín avait déjà revisité l’histoire ancienne avec « Le testament de Marie », où une mère porte un jugement critique sur les agissements de son fils et de ses amis, que j'avais moyennement apprécié.
Ici le défi est d'un autre niveau, mais plus réussi.
Une tragédie grecque revisitée à la sauce irlandaise.
Un récit plein de bruits, de fureur, de meurtres et de trahisons. Les Dieux sont souvent évoqués et ont bon dos pour les sacrifices, meurtres ou autre tueries.