Estelle R.

Héritage
19,50
par (Par Mots et Merveilles)
18 septembre 2020

Savoureux

Fin du XIXe siècle, un vigneron voit sa vigne dévastée par une maladie. Il quitte la France pour rejoindre l’Amérique. Mais le hasard d’une rencontre l’arrêtera à Valparaiso, y restera, puis son fils, qui s’enrôlera volontairement pour la Grande Guerre. De retour au Chili, il rencontrera sa femme par hasard, auront une fille qui naîtra dans une volière. Miguel Bonnefoy construit, au fil de ses romans une réflexion sur le hasard qui conduit à des rencontres qui façonnent des destinées, mâtinées de mystères et de légendes. Conteur né, il nous emporte dans ses histoires grâce une écriture joyeuse, drôle, parfois sombre, jamais cruelle, d’une grande sensibilité, nous offrant ainsi un moment de lecture savoureux.

Comme un empire dans un empire
par (Par Mots et Merveilles)
18 septembre 2020

Exigent et très travaillé

Antoine est assistant parlementaire, pense qu’il peut ainsi être pro-actif dans les grandes décisions du pays. L. est hackeuse, ne veut pas de contact avec la viande du dehors et pense qu’elle peut lutter contre certaines injustices à partir du dedans. Mais ils s’interrogent, lui face un monde politique se professionnalisant, elle face notamment à des menaces masquées…
Dans ce roman exigeant et très travaillé, Alice Zeniter, grâce à de très forts personnages littéraires admirablement maîtrisés, pose la question de l’engagement politique de trentenaires dans la société d’aujourd’hui. Comment lutter pour défendre ses convictions face à des organisations toutes puissantes ?

L'autre moitié de soi
par (Par Mots et Merveilles)
18 septembre 2020

Remarquable

Un soir d’août 1954, les jumelles Vignes, de descendance noire à la peau blanche, décident de fuir leur petite ville de Mallard, un coin à part des Etats-Unis. 14 ans plus tard, une seule des deux soeurs revient, Désirée, une petite à la main. Stella, elle, a fuit à nouveau et a abonné sa soeur quelques années plus tôt, pour vivre une vie de blanche. Jude, la fille de Désirée, partira elle aussi pour ses études.
Comment se construire ? Jusqu’où peut-on aller pour avoir une vie digne, respectée et confortable ? Doit-on renier l’autre partie de soi ?
Ce sont à ces questions que se confrontent les personnages si attachants de ce second roman de Brit Bennett à la construction parfaitement aboutie. On ne peut se résoudre à poser ce livre tant il bouleverse et émeut. Décidément, Brit Bennett est une autrice remarquable.

Nature humaine
21,00
par (Par Mots et Merveilles)
18 septembre 2020

Touchant et émouvant

23 décembre 1999, alors que la tempête fait rage, Alexandre, paysan, transformé en agriculteur par la force de la modernité décrétée, a pris une décision. Et pour la comprendre, Serge Jaucour nous raconte l’histoire de ce fils de paysan, éleveur, depuis le milieu des années 70. L’arrivée des ronds-points pour desservir les premiers supermarchés, et pour fournir le mammouth du coin, il faut produire d’avantage. Le père d’Alexandre l’accepte et compte sur son fils pour entrer dans la danse. Quant aux sœurs d’Alexandre, elles n’envisagent leur vie que dans une grande ville, Toulouse, Paris. L’aînée sera la première à partir, vivra dans un appartement communautaire. Alexandre y croisera de jeunes étudiants de gauche, d’extrême gauche, des anti-nucléaires.

Au travers de l’histoire d’Alexandre, on regarde le tournent pris à partir des années 70 et de ces opposants, de son évolution et des catastrophes sur catastrophes qui jalonneront ces trente années. Tout au long de cette période, Alexandre, lui, voudrait croire que ses belles prairies jonchées de menthe sauvage seront immuables.

« Encore une fois il fallait accepter que les villes dictent leur loi, qu’elles sabotent les campagnes pour assouvir leur désir de libre-échange, qu’elles communiquent, soient visitées les unes et les autres, commercent, c’était d’un égocentrisme écoeurant ».

Dans ce roman au long cours, défilent les évolutions d’un mode de vie non sans conséquence aujourd’hui.
« (…) . Et puis vous tous là, avec vos délires antinucléaires à l’époque, vos manifs et vos bombes, c’est vous qui avez pourri les têtes, c’est vous qui avez semé la peur, (…), vous avez foutu les jetons à tout le monde avec vos conneries, et c’est jamais bon de semer la peur … Résultat des courses, cinq ans après les écolos ont zéro député et le font national Trente-cinq... ».

Roman touchant et émouvant, dont la construction éclaire notre époque à la lumière d’une autre, et donne à voir peut-être ce qui pourrait nous attendre...

Les Lapins de la Couronne d'Angleterre, Le complot
12,90
par (Par Mots et Merveilles)
13 août 2020

Adorable roman

Adorable roman enfant (9 ans) où l’on suit les aventures de timmy, petit lapinou frêle, qui se croit peureux et trop timide pour vivre des aventures comme ses frêres et sœurs. Sauf que le destin en décidera autrement et il apprendra que même frêle on peut réaliser (de belles et grandes choses) quand on a un cœur bon et vaillant : « un peu de chance, une carotte fraîche et une bonne dose de courage ». Un clin d’œil aussi sur les écrans, internet et la chasse aux images qui volent les âmes.
Mot de l’éditeur : se rendre à Londres. Ne parler à personne de sa mission. Trouver les Lapins de la Couronne d'Angleterre, les seuls capables de déjouer un complot qui menace la reine ! C'est ainsi que Timmy Poil-Fauve, le lapin le plus maigrichon de toute la garenne, celui qui endure au quotidien les rires moqueurs de ses frères et soeurs, s'avance, le coeur battant, vers l'aventure... Photographier la reine d'Angleterre en nuisette... Tel est le complot qui plane sur Buckingham Palace ! Agents secrets, carotte fraîche et un humour so british rythment cette folle aventure.
Dans la même collection « Maverick ville magique, mystère et boules d’ampoules » et « Les Aventures involontaires des soeurs Mouais – Hissez haut ! »