La souveraineté du people
EAN13
9782070178605
ISBN
978-2-07-017860-5
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Le Débat
Nombre de pages
272
Dimensions
20 x 14 x 1 cm
Poids
290 g
Langue
français
Langue d'origine
français

La souveraineté du people

De

Gallimard

Le Débat

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


La meilleure façon de saisir une société, c’est de comprendre ses obsessions. La nôtre est obsédée par la célébrité. Ce livre cherche à comprendre pourquoi, et comment, la notoriété est devenue un objectif suprême. À cet égard, il s’est produit plus qu’une évolution : une révolution. Comment le narcissisme a-t-il pu ainsi triompher de l’humilité ? Certes, jadis, la gloire était encensée. Mais la célébrité n’est pas la gloire, les people ne sont pas des héros. Tenter de saisir cette rupture, c’est saisir la nature de notre époque. Pourquoi les people suscitent-ils autant d’attrait ? Leur présence dépasse aujourd’hui de loin la presse spécialisée. Ils ont envahi Internet, et même les
journaux les plus sérieux se penchent aujourd’hui sur leur sort. Alors que les people ne sont célèbres que pour leur célébrité, l’attention dont ils bénéficient ne cesse de croître. Cet essai vise à comprendre un tel paradoxe. Pour ce faire, il convoque un univers bien éloigné de celui de Nabilla et de Justin Bieber : celui des sociologues qui, de Weber à Simmel, se sont attachés à expliquer la modernité. Car les people constituent le parfait résumé de notre époque. Comprendre le rôle qu’ils jouent auprès de nos contemporains permet de mieux comprendre notre société. Ce nouveau culte de la célébrité pour elle-même révèle la condition des anonymes, depuis l'individualisme contemporain jusqu’au consumérisme. À travers le people, c’est le peuple qui est éclairé.
Sociologue défroqué, Guillaume Erner a travaillé sur différents cas d’irrationalité collective, certains légers, comme la mode, d’autres graves comme l’antisémitisme. Aujourd’hui journaliste, il anime Les Matins de France Culture et écrit dans Charlie Hebdo.
S'identifier pour envoyer des commentaires.