Correspondance générale / Roger Martin Du Gard., X, 1951-1958, Correspondance générale (Tome 10-1951-1958)
EAN13
9782070740789
ISBN
978-2-07-074078-9
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche (10)
Séries
Correspondance générale / Roger Martin Du Gard. (10)
Nombre de pages
592
Dimensions
22 x 14 x 3 cm
Poids
645 g
Langue
français
Code dewey
846.91

X, 1951-1958 - Correspondance générale (Tome 10-1951-1958)

De

Autres contributions de

Gallimard

Blanche

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Correspondance générale / Roger Martin Du Gard.
C'est la dernière période de la vie de Roger Martin du Gard. Son pessimisme grandit. Le bouleversement du monde et les convulsions internationales l'inquiètent. Les relations avec sa fille se détériorent. L'âge et ses misères l'accablent ; il se plaint volontiers, avec humour souvent, de la «décrépitude de la carcasse»... Sa solitude de «vieil ours insociable et indépendant»
s'accroît. Malgré divers témoignages de sympathie, il sait que son œuvre s'éloigne.Il se sent de plus en plus dépassé par son temps ; mais, dans une époque de «guerres de religion», il s'obstine à plaider pour «la souveraineté de l'individu». Il profite de son roman toujours en chantier, sa «tapisserie de Pénélope», pour exprimer sa pensée. Il continue de converser avec les amis qui sont toujours là : Jean Denoël, Jean Schlumberger, Marcel Jouhandeau, André Malraux... Il s'appuie sur une solide amitié, celle de la «chère voisine», Marie Rougier. Il s'est fait de nouveaux amis parmi de jeunes écrivains qu'il conseille et encourage. Son temps est maintenant compté. Gide est mort en février 1951 ; d'autres disparaissent. Il est dans la «salle d'attente» et se «résigne à l'inévitable». Le temps de l'inventaire est venu. Il prépare l'édition de ses Œuvres complètes, heureux d'y voir associé Camus. Il met en ordre ses manuscrits, classe ses anciennes correspondances, trie les documents amassés. Il fait ses valises, les fameuses «cantines» qu'il destine à la Bibliothèque
Nationale. L'on suit avec émotion le détachement pathétique du vieil homme face à la mort, qui, jusqu'à la fin , reste fidèle à son principe : «consentir à soi-même».
1951-1958 : c'est la dernière période de la vie de Roger Martin du Gard. On suit avec émotion le détachement pathétique du vieil homme face à la mort, qui reste fidèle à son principe : «consentir à soi-même».
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Roger Martin du Gard
Plus d'informations sur Bernard Duchatelet