IMPRESSIONS D'ORIENT
EAN13
9782354281076
ISBN
978-2-35428-107-6
Éditeur
Créaphis
Date de publication
Collection
FOTO-CINE
Dimensions
23 x 17 x 1 cm
Poids
354 g

Impressions D'Orient

Créaphis

Foto-Cine

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Le projet artistique de Raymond Escomel s’établit sur une rêverie et sur une transformation du réel.

Son voyage en Orient passe par les lieux mythiques de la route de la Soie, de Venise à Istanbul. Son intention n’est pas documentaire, il offre plutôt une réflexion sur le temps du voyage. La longueur du temps de pose coïncide avec une sorte de lenteur orientale. Les photos témoignent de cette fusion. Elles s’insèrent dans une suite au sens musical mais chacune d’elles peut composer un tableau, une œuvre en soi. La magie du bougé, du filé, la rhétorique du flou proposent une vision cinétique d’une grande fluidité.

Sylvain Venayre, historien du voyage, est invité dans ce livre en contrepoint. Il s’intéresse ici à la pratique de la photographie en voyage et au voyage en photographies. Son texte soulève cette question à partir de l’expérience d’un voyage ensemble en Orient de Maxime Du Camp et de Gustave Flaubert en 1849.

Dans les premiers temps de la photographie, la question du statut du nouveau medium comme art était posée : simple servante des arts ou art en tant que tel ? quelle application peut-on en faire dans le cadre du voyage et de l’observation ? quels sont ses rapports avec la littérature de voyage ?

L’enjeu de la « recherche d’images » (Chateaubriand) pour rapporter le monde est débattu entre écrivains, peintres et artistes à cette époque : rapportées par le « regard écrit » (Lamartine) ou reproduites grâce à la photographique dans des livres illustrés ?

La leçon d’Orient de Raymond Escomel et de Sylvain Venayre nous invite à voir autrement quand nous sommes nous-mêmes en situation de voyage. Après son premier livre aux éditions Créaphis, Saurais-je me souvenir de tout ?, le photographe affirme un style original et ses photographies s’inscrivent dans un même rapport à la mémoire.

Raymond Escomel est photographe autodidacte. Né en 1951, il vit en Ardèche. Il installe son laboratoire en 1977. Il réalise régulièrement des expositions individuelles ou collectives et ses photographies font partie de plusieurs collections : Artothèque départementale de l’Ardèche, BNF et Musée de la photographie de Belgique. Il a obtenu le Prix du jury Ilford (1987) et de la Dotation Photo Service (1998).

Son dernier livre Saurais-je me souvenir de tout ? a été publié en 2009 aux éditions Créaphis (préface de Jean-Claude Schmitt et texte de Ahmed Kalouaz).

Autre livre personnel : Sic transit gloria mundi, éditions du théâtre de Privas, 1994 (tirage confidentiel).

Sylvain Venayre est un historien français né en 1970 et professeur d’histoire contemporaine à l’université Pierre-Mendès-France – Grenoble II. Élève d’Alain Corbin et proche de Dominique Kalifa, ses thèmes de recherche sont l’histoire des représentations de l’espace et du temps et l’histoire culturelle du voyage.

Ses principaux ouvrages :

Panorama du voyage. 1780-1920. Mots, figures, pratiques, Les Belles Lettres, 2012.

Disparu ! Enquête sur Sylvain Venayre, Les Belles Lettres, 2012.

Les origines de la France, éditions du Seuil, 2013.

Le voyage et la mémoire au xixe siècle (dir. avec Sarga Moussa), Créaphis, 2011.

La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne. 1850-1940, Aubier, 2002 (prix François-Joseph Audiffred 2004 et de l’Académie des sciences morales et politiques).
S'identifier pour envoyer des commentaires.