Archives de la France., Tome IV, Le XVIIe siècle, Archives de la France, tome 4
EAN13
9782213607009
ISBN
978-2-213-60700-9
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
Littérature Française
Séries
Archives de la France. (4)
Nombre de pages
528
Dimensions
23 x 15 cm
Poids
852 g
Langue
français
Code dewey
944.033

Tome IV, Le XVIIe siècle - Archives de la France, tome 4

Dirigé par

Édité par ,

Fayard

Littérature Française

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autres livres dans la même série

«Il en va de l'histoire comme des autres sciences. Le laboratoire, ce sont ici les archives, les musées, les bibliothèques. Le matériau, c'est le document, écrit ou non écrit, qu'une analyse transmue en témoignage et qu'une critique confronte à d'autres témoignages. «Il y a le document qui parle de lui-même parce qu'il a été conçu pour raconter _ ce qui ne signifie pas qu'il soit sincère. Le récit, la chronique, le journal sont précieux, tout comme le tableau figuré, souvent parce qu'ils fourmillent de détails empruntés à l'observation, toujours parce qu'ils proposent une explication, un éclairage, une version. L'historien sait ne pas négliger de tels témoignages. Il en sait la fragilité. S'imposent le recoupement, la critique, l'assemblage. Le témoin unique ne témoigne de rien que de sa propre version : le peintre des travaux champêtres n'a jamais tenu un mancheron et l'acteur d'une bataille n'en a vu que son entourage. «Il y a aussi le document né de l'action, dont l'auteur n'aurait jamais pensé qu'il serait un jour matière première de l'analyse historique. C'est la lettre, la décision, le compte, mais c'est aussi le plan de la ville ou l'ordonnance des champs, l'appareil de la construction ou la forme du soc. Mais ce document, comme la cornue du chimiste ou le microscope du biologiste, ne répond bien souvent à l'interrogation qu'en désavouant l'idée préconçue de l'historien et en le contraignant à de nouveaux points de vue, à de nouvelles questions. La recherche est ici comme ailleurs un interminable dialogue. «Autant qu'au maître, à l'étudiant, à l'élève tentés de prendre leur part à l'expérience de l'historien, cette collection s'adresse à tous ceux qui souhaitent passer derrière le décor planté par l'écriture des historiens quand ceux-ci parviennent à des résultats, qui veulent poser eux-mêmes les questions que suggère l'intelligence de notre temps à la diversité du témoignage des temps passés. «Ce que nous proposons ici, c'est évidemment un choix. Les textes inconnus ou peu connus côtoient les pièces illustres qu'on se serait étonné de ne pas trouver sous le prétexte qu'elles sont ailleurs. Des actes solennels alternent avec ceux de la pratique quotidienne. Des récits en forme ont place à côté de l'information diffuse qu'il faut extraire d'une phrase ou d'un vestige archéologique.» Jean Favier, de l'Institut Yves-Marie Bercé, directeur de l'Ecole nationale des chartes, professeur d'histoire moderne à l'université Paris-IV-Sorbonne, est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs à l'histoire des mentalités dans la France de l'Ancien Régime. Michel Cassan, professeur à l'université de Limoges, est lui aussi spécialiste de la France moderne, en particulier du Limousin.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Michel Cassan
Plus d'informations sur Jean Favier