LE SECRET DE MOONACRE
EAN13
9782012015159
ISBN
978-2-01-201515-9
Éditeur
Hachette Romans
Date de publication
Collection
ROMANS AUT.FORM
Nombre de pages
333
Dimensions
20 x 13 x 0 cm
Poids
380 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
804

Le Secret De Moonacre

De

Traduit par

Hachette Romans

Romans Aut.Form

Indisponible
imgpp

L'édition originale de cet ouvrage a paru initialement
en langue anglaise, sous le titre :

The Little White Horse

Couverture : Troïka © 2009, tous droits réservés Metropolitan Filmexport

Traduit de l'anglais par Josette Chicheportiche

© The Estate of Elizabeth Goudge, 1946.

© Hachette Livre, 2009, pour la traduction française.

ISBN : 978-2-01-203002-2

Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949
sur les publications destinées à la jeunesse.

A Walter Hodges, avec tous mes remerciements.

imgpp

1

Le fiacre fit une nouvelle embardée et Maria Merryweather, Miss Heliotrope et Wiggins tombèrent une fois de plus les uns sur les autres. Avec un soupir de lassitude, ils se redressèrent et fixèrent leur attention sur ce qui, en ces heures difficiles, était pour chacun d'eux source de courage et de force.

Maria contempla ses bottes. Miss Heliotrope remit ses lunettes en place, ramassa son vieux recueil d'essais français, fourra un bonbon à la menthe dans sa bouche et, malgré la faible lumière, se replongea dans sa lecture. Pendant ce temps, Wiggins recueillait du bout de la langue les miettes de son repas digéré depuis longtemps, et qui collaient encore à ses moustaches.

L'humanité peut grosso modo être divisée en trois sortes d'individus – ceux qui trouvent le réconfort dans la littérature, ceux qui le trouvent dans l'apparence et ceux qui le trouvent dans la nourriture. Miss Heliotrope, Maria et Wiggins représentaient ces trois catégories d'êtres vivants.

Mais décrivons Maria en premier puisqu'elle est l'héroïne de ce roman. En l'an de grâce 1842, elle avait treize ans et n'était pas ce qu'on appelle une beauté, avec ses étranges yeux gris argent qui lui donnaient un regard pénétrant, ses cheveux roux, raides comme des baguettes de tambour, et son visage parsemé de taches de rousseur. Pourtant, la noblesse de sa silhouette, aussi menue que celle d'un sylphe, lui conférait une grande dignité. Ses pieds, qu'elle avait minuscules et dont elle était très fière, représentaient son principal atout, et c'est pourquoi Maria s'intéressait plus à ses souliers qu'à ses mitaines, sa robe ou sa coiffe.

Les bottes qu'elle portait ce jour-là avaient, il est vrai, de quoi remonter le moral de qui que ce soit ; fourrées de laine de mouton et ornées de perles de cristal cousues sur tout le pourtour, elles étaient taillées dans un cuir gris d'une grande finesse. On les voyait à peine cependant, car la robe de soie grise de la jeune fille et sa pelisse grise également et doublée elle aussi de laine de mouton retombaient sur ses chevilles, mais Maria savait qu'elles étaient là, et cette seule pensée lui procurait une force morale comme on en voit rarement.

Maria songea donc à ces perles, tout comme elle songea à un moindre degré au ruban pourpre autour de sa taille, au bouquet de violettes enfoncé dans les replis de son chapeau à brides et aux mitaines de soie grise qui paraient ses petites mains enfouies sous son manchon blanc. En vraie aristocrate, Maria accordait plus d'importance à la perfection de ces petits détails invisibles qu'à ce qu'elle pouvait laisser voir de sa personne. Non qu'elle ne soigne pas sa mise. L'apparence comptait pour elle, bien sûr, car Maria était coquette, même lorsqu'elle portait les couleurs du deuil.

La jeune fille était en effet orpheline. Elle avait perdu sa mère peu de temps après sa naissance et son père avait trépassé deux mois auparavant, laissant derrière lui tellement de dettes qu'il fallut vendre tous ses biens, y compris la magnifique demeure londonienne où Maria avait vécu, juste en face du jardin de London Square. Une fois tout réglé, il restait à peine de quoi payer le transport de Maria et de sa gouvernante à Perle-Argent, dans le Pays de l'Ouest, une région inconnue de l'une et de l'autre. C'est là qu'elles vivraient désormais, au manoir de Luneclaire, chez un cousin éloigné de Maria et son plus proche parent encore vivant, Sir Benjamin Merryweather.

Mais ce n'est pas sa situation d'orpheline qui déprimait Maria et la faisait se tourner vers la contemplation de ses chaussures pour y puiser le réconfort. Elle n'avait gardé aucun souvenir de sa mère. Quant à son père, un militaire presque toujours à l'étranger avec son régiment, il n'avait jamais vraiment occupé une grande place dans son cœur. Ce n'était pas non plus la compagnie de Miss Heliotrope. Elle s'occupait de Maria depuis si longtemps que la jeune fille ne concevait pas la vie sans elle. Et puis, elle était surtout celle qui lui avait prodigué tout l'amour qu'elle avait jamais reçu jusqu'alors. Non, Maria broyait du noir à cause de l'extrême tristesse de ce voyage et de la vie austère qui l'attendait sûrement à Luneclaire.

Maria ne connaissait rien à la campagne. C'était une jeune fille de la ville, habituée au luxe, et dans sa belle maison londonienne, elle en avait largement profité.

Mais maintenant ? À en juger par cette voiture, son cousin ne devait pas vivre dans l'opulence. Le fiacre était affreux et encore plus inconfortable que la diligence qui les avait amenés de Londres à Exeter, où elles l'avaient pris. La banquette était dure et à moitié mangée par les mites, et le sol jonché de plumes de poule et de brins de paille qui s'envolaient à chaque courant d'air glacial s'engouffrant par les portes mal jointées. Quant aux deux chevaux pie, bien que leur robe brille et qu'ils soient visiblement bien tenus – détail que ne manqua pas de remarquer Maria car elle adorait les chevaux –, ils étaient âgés, massifs et avançaient lentement.

Le cocher, enfin, un vieil homme tout ratatiné qui tenait plus du gnome que de l'être humain, portait un manteau si souvent rapiécé qu'il était difficile de deviner sa vraie couleur, et un chapeau de castor trop grand qui lui tombait sur l'arête du nez, si bien qu'on ne voyait pratiquement pas son visage à l'exception de son sourire édenté et de sa barbe grise. Pourtant, il semblait gentil et les avait noyées sous un flot de paroles tandis qu'elles s'installaient dans le fiacre et qu'il leur couvrait les jambes avec un vieux plaid déchiré, sauf qu'à cause de ses nombreuses dents manquantes elles n'avaient pas compris la moitié de ce qu'il disait. Et à présent, à cause de l'épais brouillard de février qui enveloppait la campagne, elles le voyaient à peine à travers le carreau qui les séparait de l'avant de la voiture.

Cela dit, elles ne voyaient pas grand-chose non plus du paysage. Leur seule certitude, c'est qu'il y avait tellement de nids-de-poule sur la route qu'elles étaient sans cesse ballottées de droite à gauche et secouées de haut en bas. Et bientôt, il ferait nuit et il n'y aurait aucun de ces nouveaux réverbères qui éclairaient alors les rues de Londres, mais seulement l'obscurité profonde et inquiétante de la campagne. Sans compter qu'il faisait un froid de loup et qu'elles voyageaient depuis une éternité, semble-t-il, sans qu'aucun signe n'atteste de leur arrivée prochaine.

Miss Heliotrope souleva son livre et le porta à quelques centimètres de son nez, bien décidée à terminer avant la tombée de la nuit l'essai qui traitait de l'endurance. Elle le lirait souvent dans les mois à venir, elle n'en doutait pas, ainsi que celui sur l'amour qui ne fait jamais défaut. Elle avait découvert ce dernier le soir de son arrivée dans la maison de Londres, lorsqu'elle prit ses fonctions auprès de la petite Maria. Jamais elle n'avait vu un bébé aussi vilain, avec ses drôles d'yeux couleur argent et son air, alors même qu'elle n'était qu'un nourrisson, de se savoir de sang bleu et de penser grand bien de sa personne. C'est après avoir lu cet essai sur l'amour que Miss Heliotrope décida d'aimer Maria et de ne jamais faillir dans son amour pour elle jusqu'à la fin de sa vie.

Au début, l'attachement qu'elle portait à la fillette était quelque peu forcé. Elle cousait ses vêtements et les réparait avec une volonté inflexible mais malheureusement un manque d'imagination incroyable. Et quand Maria faisait des bêtises, elle la punissait rarement, cherchant plus à gagner ses faveurs qu'à sauver son âme. Mais au fil des années, ses gestes de tendresse devinrent empressés et elle se mit à lui coudre des habits avec une ferveur ...
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

A découvrir

C’est une lecture agréable (lu en VO). Le livre se lit très vite, l’univers que l’auteure a créé est plaisant, et on a envie de connaitre la fin de l’histoire. Bien qu’un peu simpliste, cette lecture m’a apporté beaucoup de ...

Lire la suite