Turquerie, Une fantaisie européenne du XVIIIᵉ siècle
EAN13
9782070148295
ISBN
978-2-07-014829-5
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Livres d'Art
Nombre de pages
240
Dimensions
30 x 24 x 2 cm
Poids
1735 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais

Turquerie

Une fantaisie européenne du XVIIIᵉ siècle

De

Traduit par

Gallimard

Livres d'Art

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


À partir de recherches méticuleuses et de sources aussi nombreuses que variées, ce livre expose pour la première fois toutes les composantes de la turquerie, ce genre artistique dont la fantaisie continue de séduire amateurs et collectionneurs. À la fin du XVIIᵉ siècle, en Europe, la terreur que les Turcs ont longtemps inspirée cède progressivement la place à une véritable fascination. Récits de voyages consacrés aux territoires ottomans, traductions d'œuvres littéraires comme Les Mille et Une Nuits, spectacle splendide offert par les ambassadeurs de la Sublime Porte : autant de catalyseurs qui vont inspirer aux artistes, pour le plus grand plaisir des élites dirigeantes, une vision fabuleuse de ce monde lointain. Avant que la Révolution française n'évacue ces chimères, on voit fleurir maint personnage enturbanné au théâtre, en peinture ou sous la forme de figurine de porcelaine ; de somptueux boudoirs turcs voient le jour ; croissants de lune, palmiers et autres chameaux envahissent les intérieurs, du mobilier jusqu'aux lambris en passant par les tabatières. Haydn Williams s'attache à montrer que ce thème a suscité des réactions fort diverses selon les pays. C'est en France
qu'il s'est exprimé de la manière la plus féconde et la plus durable, mais sa portée s'est étendue bien au-delà - comme le montrent, par exemple, la folie imitant une mosquée à Kew Gardens, près de Londres, les tentes turques érigées sur les rives de l'Elbe pour commémorer des noces royales, en 1719 à Dresde, la statuette de janissaire en ivoire sculptée pour le roi Auguste Il de Pologne, ou encore les costumes dessinés pour un cortège du carnaval de 1748 à Rome. Le sujet est exploré selon une approche thématique, dans un cadre chronologique souple menant des premiers contacts entre l'Europe et les Ottomans après la chute de Constantinople, en
1453, jusqu'à l'apogée du genre au XVIIIᵉ siècle, puis à son remplacement par l'orientalisme au XIXᵉ siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Patrick Hersant