L'affaire Moro
EAN13
9782246423638
ISBN
978-2-246-42363-8
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
LES CAHIERS ROU
Nombre de pages
154
Dimensions
19 x 12 x 0 cm
Poids
136 g
Code dewey
364
Indisponible
« Si ce crime était perpétré, une spirale effrayante s’ouvrirait, que vous ne pourriez affronter. Ce serait votre déroute. », écrivait à la direction du parti démocrate-chrétien italien, le 21 avril 1978, Aldo Moro, enlevé par les Brigades rouges et détenu depuis plus d’un mois… Par l’analyse des lettres de captivité de Moro et des communiqués des Brigades rouges, Leonardo Sciascia montre qu’une issue était possible. L’offre d’échange émise par les Brigades devait être prise au sérieux. Mieux, ils se seraient contentés, parmi les treize prisonniers qu’ils réclamaient, de quelques uns ou même d’un seul. Car Aldo Moro, éminent politicien, avait su semer chez ses geôliers le doute et l’incertitude. Le gouvernement italien, les partis politiques (à l’exception des socialistes), le pape Paul VI partagent donc une écrasante responsabilité. Il faut suivre pas à pas la démonstration de Sciascia : s’il défend aujourd’hui le président de la Démocratie chrétienne, qu’il a toujours combattu politiquement, c’est que dans cette ténébreuse affaire, seul Aldo Moro a fait preuve de lucidité. Et seul aussi il a fait preuve, simplement, d’humanité, défendant moins sa propre vie que la valeur de la vie humaine face à tous les appareils de pouvoir. Dans cette « spirale effrayante » où sont sans doute entrées l’Italie et l’Europe entière, le spectre d’Aldo Moro n’est pas près de se laisser oublier.
S'identifier pour envoyer des commentaires.