Feue la flamme, Pour en finir avec les JO
EAN13
9782070121908
ISBN
978-2-07-012190-8
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Hors série Connaissance
Nombre de pages
112
Dimensions
2 x 1 x 1 cm
Poids
164 g
Langue
français
Code dewey
796.48

Feue la flamme

Pour en finir avec les JO

De

Gallimard

Hors série Connaissance

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


À la fin du XIXᵉ siècle, le baron Pierre de Coubertin s'inspire du modèle universitaire britannique pour promouvoir en France les vertus du sport. Son objectif est double. D'abord, il aspire à prémunir la jeunesse contre l'oisiveté, le sexe et la pensée socialiste. D'autre part, il veut remettre au goût du jour les jeux Olympiques de la Grèce antique, exaltant la compétition comme moyen de réunir tous les quatre ans des hommes de toutes nationalités. D'abord vitrine du colonialisme, les Jeux seront délibérément instrumentalisés par les pouvoirs politiques - la triste édition de Berlin 1936 en est l'exemple le plus éloquent. Le Comité international olympique, pour assurer d'abord sa survie puis sa prospérité, a confié ses intérêts aux entreprises privées et aux chaînes de télévision, afin d'offrir aux spectateurs une image idéalisée de la mondialisation néo-libérale. Le sacrifice quadriennal des athlètes sur l'autel de l'olympisme est absolu : dopage, concurrence effrénée, publicité, entraînements intensifs, pressions psychologiques - réalité masquée par un discours pacifique et généreux. À la veille des Jeux de Pékin, le propos d'Olivier Villepreux est clair : il est temps d'en finir avec le CIO, autorité supranationale illégitime, et avec les jeux Olympiques, spectacle mensonger de «l'amitié entre les peuples».
À la veille des Jeux de Pékin, le propos d'Olivier Villepreux est clair : il est temps d'en finir avec le CIO, autorité supranationale illégitime, et avec les jeux Olympiques, spectacle mensonger de «l'amitié entre les peuples».
S'identifier pour envoyer des commentaires.