Le mystère du capital, pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs
EAN13
9782081200777
ISBN
978-2-08-120077-7
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Champs essais (731)
Nombre de pages
302
Dimensions
17 x 10 x 1 cm
Poids
200 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
330.122

Le mystère du capital

pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs

De

Traduit par

Flammarion

Champs essais

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

Le mystère du capital Les pauvres du tiers monde sont plus riches qu'on ne le croit. Mais, explique Hernando de Soto, les biens qu'ils possèdent constituent un « capital mort », et ce à cause de l'inadaptation du système juridique de la propriété. Au Pérou, par exemple, pour obtenir les documents rendant légale une fabrique textile équipée de deux machines à coudre, il faut effectuer dans les services administratifs un périple de 300 jours, à raison de 6 heures par jour... Le résultat n'est pas surprenant : les populations gonflent peu à peu les rangs du secteur « extralégal » - qui regroupe entre 50 et 75 % de la main-d'oeuvre des pays émergents. Il faut donc mettre au point des processus de légalisation massive, en s'appuyant sur les règles consensuelles des clandestins eux-mêmes, pour savoir qui peut légitimement se dire propriétaire de quoi. Ce qui revient aussi à imiter ce qu'ont fait les pays occidentaux au cours des siècles passés, notamment les États-Unis qui, en régularisant la situation de millions de pionniers, ont su se transformer en une économie moderne. La pauvreté n'est pas une fatalité. Pour changer le monde, il faut commencer par changer notre regard sur lui. Clair et bien étayé, Le Mystère du capital nous invite à cette conversion nécessaire. « Une étude révolutionnaire. » (Jacques Marseille, Le Point) « Ce plaidoyer paradoxal pour un capitalisme populaire est servi par une vaste culture ; de Foucault à saint Thomas d'Aquin jusqu'à Viviane Forrester, tous sont invités à participer à un débat captivant. » (Alain Faujas, Le Monde)
S'identifier pour envoyer des commentaires.