La cicatrice
EAN13
9782352121084
ISBN
978-2-35212-108-4
Éditeur
6 Pieds Sous Terre
Date de publication
Collection
MONOTREME
Nombre de pages
112
Dimensions
28 x 21 x 1 cm
Poids
312 g

La cicatrice

6 Pieds Sous Terre

Monotreme

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


LA CICATRICE par Gilles Rochier

Dans La cicatrice, Gilles Rochier se penche sur la vie d’un jeune couple de trentenaire, Denis et Sophie, partagé entre le travail, la rénovation d’un appartement et la vie familiale. Denis et Sophie vivent en région parisienne, travaillent dans de grandes entreprises : peu de temps pour communiquer, pas de nuage non plus.

Un jour, Denis remarque une cicatrice sous son bras dont les causes lui échappent totalement. Accaparé par une vie professionnelle intense qu’il semble mener sereinement, c’est avec discrétion et obsession que Denis  va tenter d’obtenir de la part de son entourage des indices et des bribes d’explications sur l’origine de cette cicatrice.

C'est le début d’une introspection, d’un retour sur soi et son passé qui commence.

Après le succès de son précédent ouvrage paru en 2011, TMLP (Prix révélation 2012 au Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, Prix des Lycéens et apprentis Îles de France, Maison des écrivains 2012, Prix des Lycéens et apprentis Région PACA, Centre régional du livre, 2013), Gilles Rochier nous propose de nouveau une histoire dense et à fleur de peau, où le tragique point dans les interstices du quotidien.

L’auteur

Je découvre le monde du fanzine. Le fait de faire de la bande dessinée, sans avoir besoin des gros éditeurs me ravit, Envrac naît en septembre 1996. J’y raconte des histoires qui me sont arrivées dans mon quartier en faisant intervenir quelquefois des amis sans tomber dans les clichés classiques de la banlieue. J’essaye de parler juste, mais déjà je sais pertinemment que les histoires que je raconte sont très très loin de ce qui se passe réellement dans les banlieues de nos jours. J’essaye de toujours rester en action. La journée, j’écris, je m’occupe de mes enfants et j’attends que la nuit tombe pour dessiner... je peux pas trop avant. Je tente de monter des projets de réinsertion par la bande dessinée, la narration graphique moderne. Grâce à mon éditeur et à cette nouvelle visibilité, je vais me confronter au public «empêché» (prison, HP, hôpital), à celui des écoles etc.
S'identifier pour envoyer des commentaires.