Lettres à Élisabeth Sainte-Marie Perrin et à Audrey Parr
EAN13
9782070718504
ISBN
978-2-07-071850-4
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Cahiers Paul Claudel (13)
Nombre de pages
464
Dimensions
20 x 14 x 3 cm
Poids
447 g
Langue
français
Code dewey
848.91

Lettres à Élisabeth Sainte-Marie Perrin et à Audrey Parr

De

Autres contributions de ,

Gallimard

Cahiers Paul Claudel

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Ces deux correspondances s'étendent sur une période de trente-cinq ans, de 1905 à 1940, et se font quasiment suite : la première, celle que Claudel échange avec Élisabeth Sainte-Marie Perrin, commencée en 1905, s'arrête à la mort de celle-ci, en 1926 ; la seconde, avec Audrey Parr, commencée en 1919, s'interrompt, elle aussi, avec la mort de la destinataire, en 1940. Ici, on voit à quel point c'est le destinataire qui façonne l'épistolier et comment chez le même personnage peuvent se voiler ou scintiller différentes facettes qu'on pourrait penser contradictoires ? Non que l'une soit moins intéressante que l'autre, car elles sont complémentaires. La première révèle un Claudel peu connu, un homme affectueux qui entretient une correspondance d'ordre familial avec une belle-sœur qu'il «aime tendrement», qui l'admire, mais qui l'oblige à respecter une certaine atmosphère, celle d'une famille bourgeoise et surtout chrétienne. En revanche, les lettres à Audrey Parr, à la «fée» Margotine, nous présentent un Claudel jubilant et parfois déchaîné qui prend la plume pour exécuter un véritable feu d'artifice épistolaire où tous les genres et tous les tons sont mêlés : comme si tous deux, Paul et Margotine, avaient découvert le secret de se retrouver au royaume de l'art et de la fantaisie. Deux Claudel, donc, dans ces deux correspondances. - Deux Claudel ? Il y en a mille, et l'on n'est pas prêt encore de cerner le phénomène !
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Paul Claudel
Plus d'informations sur Michel Lioure