la règle du jeu nº37
EAN13
9782246741213
ISBN
978-2-246-74121-3
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
REVUE LA REGLE
Nombre de pages
272
Dimensions
22 x 15 x 0 cm
Poids
330 g
Langue
français

la règle du jeu nº37

Grasset

Revue La Regle

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


PAROLES DONNÉES?>PAR BERNARD-HENRI LÉVY?>Voici quatre textes issus de conférences prononcées en France ou aux États-Unis dans un forum de psychanalystes aussi bien qu'à la Sorbonne, devant le Grand Orient de France ou dans l'enceinte de la prestigieuse « 92th Street, Y » à New York.Bernard-Henri Lévy y réaffirme, comme dans son texte sur Ayaan Hirsi Ali un peu plus loin, des positions de fond.Mais il y ouvre aussi des pistes nouvelles qui sont autant d'indices, de traces, sur le chemin d'un travail en cours. L'avenir du théologico-politique... Les religions et le politique... La gloire et la solitude du Nom juif... La question du Mal et, comme disait Nietzsche, son avenir...L'auteur du Testament de Dieu en est là. À suivre.Gilles Hertzog?>CIVILISATION OU BARBARIE?>La Mutualité, Paris, le 9 février 2008
Je vais commencer par un aveu.Quand Jacques-Alain Miller m'a appelé, quand j'ai compris qu'il se remettait en mouvement, quand j'ai réalisé que, pour la seconde fois depuis quarante ans que je connais son existence, il sortait de son silence studieux pour appeler à la mobilisation générale et quand j'ai réalisé, enfin, qu'il s'agissait de partir en guerre, cette fois, contre le « chiffrage », la manie du « cognitif », le règne de la « quantité », de la « bureaucratie », le triomphe sans partage d'une « technique » qui serait en train d'achever son travail d'« arraisonnement » du monde au sens de Heidegger, je n'ai pas tout de suite compris — et j'ai même eu une petite, toute petite, réticence.
Car je vais être franc.Je n'ai rien, en soi, contre la technique.Je pense même, comme Levinas dans ce très beau petit texte de Difficile liberté que je cite souvent et qui s'intitule « Heidegger, Gagarine et nous », que, dans le vieux débat entre la nature et la technique, c'est la technique qui a raison ; c'est la technique, en tout cas, qui libère ; et elle libère, d'abord, de cet esprit des lieux, de ce goût de l'enracinement, de ce petit sacré, de ce mystère, de ce paganisme que Freud, votre Freud, appelait aussi l'occultisme et qui est un autre nom de la servitude.Sur la question Heidegger, j'ai une position plus nuancée que mon ami Sollers : bravo à lui, naturellement, d'avoir tenu bon contre cette haine de la pensée qu'implique, le plus souvent, l'anti-heideggerisme primaire ; mais il y a dans la vulgate adverse, il y a dans la nostalgie de la présence et du lieu, il y a dans cette image d'un monde désenchanté, démystifié, dépoétisé, par l'arraisonnement technicien, quelque chose qui, à mes oreilles, à toujours consonné, qu'on le veuille ou non, avec le pire.Sur le mot même de raison... Je sais, bien sûr, quels monstres la raison peut engendrer. Je connais, comme tout le monde ici, la face d'ombre de ces Lumières dont Milner a si bien parlé et dont, dès mes premiers livres, dès La Barbarie à visage humain, j'instruisais moi-même le procès. Mais, face à la montée des obscurantismes, face au déchaînement des fanatismes, face à ceux qui condamnent Ayaan Hirsi Ali à mort parce qu'elle plaide pour la laïcité et entend mener sa vie selon les seuls préceptes que lui dicte sa raison, c'est vrai que, comme le dernier Foucault, comme ce Foucault un brin dégrisé qui signe et prononce les fameuses leçons de 1979 sur la gouvernementalité libérale, j'en arrive à dire : « La déraison, croyez-moi, est tout aussi oppressive que la raison. »
Sur l'idée même de bureaucratie, sur l'idée que la bureaucratie serait devenue, comme telle, le plus terrible de nos ennemis, sur cette idée d'un combat pour la liberté qui serait, par nature, un combat contre les bureaux, le vieil hégélien en moi, ce qui subsiste en moi d'hégélianisme, a aussi d'expresses réserves — est-ce que la bureaucratie ce n'est pas l'État ? et est-ce que l'État n'est pas, dans certaines circonstances, ce qui fait obstacle à la barbarie ? et est-ce qu'il n'y a pas, à l'inverse, et pour parler encore comme le même dernier Foucault, une « phobie d'État » qui serait le mauvais réflexe ou, ce qui revient au même, le mauvais concept par excellence (un concept dont le principal et plus nuisible effet serait de créer l'illusion d'une « parenté génétique » — c'est toujours Foucault qui parle — entre les diverses formes d'État, despotique et libéral, fasciste et social-démocrate, État providence et État totalitaire, qu'il deviendrait impossible de distinguer) ?Je connais bien ces périls.Je connais, dans l'espace français au moins, le type de configuration discursive qu'ils induisent.Je sais comment ces motifs conjoints, ou croisés, de la guerre au quantitatif, de la critique de la bureaucratie ou de la réduction de tous nos maux à la domination par la technique, peuvent se résumer, et exploser, dans ce que j'ai appelé « l'idéologie française ».Je sais, autrement dit, qu'on touche là à une matière hautement fissile, instable, inflammable, à manier avec précaution et qui, en un clin d'œil, sans que l'on y prenne garde, peut exploser à la figure des meilleurs d'entre nous en les ramenant dans les zones éminemment suspectes de ce que l'on a appelé, par exemple, le « non-conformisme des années trente ».Bref, ma première réaction fut un mixte de surprise, d'incompréhension et de méfiance.J'ai commencé par me dire : attention à ne pas tomber dans je ne sais quel bergsonisme politique, ou péguysme, dont la postérité est toujours très équivoque.
Et puis, j'ai réfléchi.Je savais bien que ce n'est pas cela, que ça ne peut pas être cela, que Jacques-Alain Miller avait en tête en me conviant à ce nouveau forum.Je le connais trop, et depuis trop longtemps, pour imaginer que l'auteur du Neveu de Lacan, l'inventeur du concept de « suture », l'un des intellectuels que, depuis quarante ans, j'observe avec le plus de curiosité puisse tomber dans ce piège.Donc, j'ai lu son entretien dans Libération.J'ai lu attentivement la dernière livraison du Nouvel Âne qu'il a conçue avec Agnès Aflalo.Et je les ai lues comme il faut lire — à la lumière de la conjoncture et, dans cette conjoncture, d'un certain nombre d'événements ou de traits d'époque qui m'avaient, comme vous tous et sur le moment, frappé mais qui prennent, à cet instant, un relief et un sens particuliers.Laffaire, par exemple, de l'évaluation des ministres. Cette proposition sortie droit d'Ubu roi et qui, pourtant, n'a pas fait rire grand monde et, surtout, surtout, n'a suscité, de la part des intéressés, aucune espèce de réaction : pas un pour protester ! pas un pour refuser ! pas un, pas une, pour dire : « On n'est pas à l'école maternelle ! on n'est ni des cancres ni des fayots ! on est des serviteurs de l'État et le seul juge habilité à évaluer les serviteurs de l'État c'est, tous les cinq ans, les électeurs ! »Moins drôle, mais non moins significatif, ce spectre de l'évaluation généralisée que nous pensions avoir terrassé avec l'amendement Accoyer mais dont nous découvrons qu'il revient, légion cette fois, Gorgone, Méduse, Hydre à mille têtes — plus vigoureux encore, mieux ramifié, avec des agences ad hoc, des institutions spécialisées, une surtout, une en particulier, dont l'objectif est véritablement, cette fois, de faire de la santé mentale une affaire d'État.Moins drôle encore, et dépassant le cas des seuls praticiens ou usagers de la clinique freudienne, cette obsession de l'évaluation qu'est la pratique permanente, l'obsession, la folie, du sondage : vieille idée, d'accord ; mais parvenue à son terme et au terme de sa folie ; et produisant, en cette fin de parcours, une image quand même assez spéciale de ce que l'on appelait jadis le peuple — les Anciens avaient un mot pour cet autre peuple ; ils avaient le mot de turba chez les Latins, ou de laos chez les Grecs, pour désigner ce mauvais peuple, cette plèbe, à la lettre ce « ramassis d'idiots » qui ne sont pas encore, ou qui ne sont plus, rassemblés dans le populus, ou le demos, c'est-à-dire dans le corps politique ; nous n'avons, nous, pas de mot pour cela ; il y a là quelque chose, un désastre, une saloperie, une honte, qui n'a, comme on dit trivialement, pas de nom.Pas de mot non plus, pas de nom, pour cette affaire hallucinante que fut l'affaire des comptes de Monsieur Hortefeux : cette directive inédite,...
S'identifier pour envoyer des commentaires.