LES PONTS
EAN13
9782746704053
ISBN
978-2-7467-0405-3
Éditeur
Autrement
Date de publication
Collection
Littératures
Nombre de pages
232
Dimensions
22 x 14,5 x 1,5 cm
Poids
295 g
Langue
français
Langue d'origine
norvégien
Code dewey
850
Indisponible
Une autre mémoire que celle de Germinal. Pendant près d'un demi-siècle, les corons furent habités essentiellement par les mineurs polonais et leurs familles. À la mine, l'homme risquait sa santé et sa vie. Le coron, c'était le lieu de vie, un monde sécurisant. Images pieuses dans les maisons, présence de la Vierge noire, odeurs du chou qui cuit et recuit sur un coin du fourneau. Le jardin potager, et des fleurs partout, des fleurs qui marquent les mémoires et ponctuent les récits. Le coron, c'était aussi l'arrière-salle du café où se réunissait la section polonaise de la CGT, passerelle des solidarités ouvrières. Et les rues où l'on se retrouvait le soir avec bandonéon et harmonica pour jouer de vieilles mélodies polonaises entrecoupées de succès de Tino Rossi. Pour les enfants c'étaient les premiers mots en français, les bagarres et la prise de conscience de leur étrangeté. Tous leurs souvenirs, bons et mauvais, tiennent dans cet étroit périmètre. Leur intégration, si réussie soit-elle, a demandé du temps et s'est construite sur des traditions. Le coron était un sas entre la Pologne et la France, comme une «Nouvelle Pologne».
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Tarjei Vesaas
Plus d'informations sur Christine Eydoux