Enig Marcheur / roman, roman
EAN13
9782953366471
ISBN
978-2-9533664-7-1
Éditeur
Monsieur Toussaint Louverture
Date de publication
Collection
LOUVERTURE
Nombre de pages
292
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
422 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais

Enig Marcheur / roman

roman

De

Traduit par

Préface de

Monsieur Toussaint Louverture

Louverture

Indisponible
Dans un futur lointain, après que les feux nucléaires ont ravagé le monde - le Grand Boum -, ce qui reste des hommes est revenu à l'âge de fer, leur survie sans cesse mise en péril par des chiens mangeurs d'homme et des clans rivaux. La gnorance, la preuh et les superstitions ont pris le pouvoir. La langue n'est désormais plus qu'un patois menaçant et vif dans lequel subsistent par fragments les connaissances du passé. C'est là qu'Enig Marcheur, douze ans, va prendre la décision inédite de coucher par écrit ses aventures hors normes à la poursuite de la Vrérité en revenant sur les pas des hommes à l'origine du Sale Temps.
Road moule monty pynchonesque, Enig Marcheur de Russell Hoban est avant tout une oeuvre profondément humaine qui s'interroge tout à la fois sur la survie, les croyances, la politique, la manipulation et l'espoir. Raconté avec les mots d'un enfant dans la seule langue qu'il connaît, ce livre propose un voyage intimiste d'une rare intensité dans des contrées menaçantes.
Publié pour la première fois en 1980, qualifié de chef d'oeuvre, de livre culte et de classique, ce roman post-apocalyptique, défi de traduction à la croisée des univers de Vonnegut, Pynchon, Self et McCarthy, est pour la première fois proposé en parlénigm.
« A la manière des Aventures de Huckleberry Finn, dont Enig Marcheur est, en un sens, le pendant irradié, on suit les péripéties d'un jeune gars dans un futur postérieur a l'holocauste nucléaire. Roman de la culpabilité d'avoir tout fait sauter, Enig MarcheurEst le spectacle sidérant d'une civilisation et d'une langue atomisées. De son pas inquiet, ce livre joue sur une distorsion des sons qui met à contribution autant l'oeil que l'oreille et enclenche chez le lecteur un incessant jeu de montage et de démontage. »
Le Matricule des anges, Nicolas Richard
« J'ai rien d'aurt que des mots à mett sul papier. C'est si dur. Par fois y a plus sur le papier vyde qu'il y a quand l'écrit couche dssus. Tu sayes de sprimer les ganrr choses et elles te tournn le dos. Pour tant tu verras des vestij en pyèr et leurs dos te parle rond. »
Enig Marcheur, Russell Hoban
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Russell Hoban
Plus d'informations sur Will Self