EAN13
9782365124270
ISBN
978-2-36512-427-0
Éditeur
Croquant
Date de publication
Collection
LES DEBATS DE
Nombre de pages
152
Dimensions
17 x 12 x 1 cm
Poids
140 g

Les débats de l'ITS 14

Quel avenir pour la (les) gauche(s) en France...Et aussi dans le monde

Croquant

Les Debats De

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


QUEL AVENIR POUR LA GAUCHE EN FRANCE...MAIS AUSSI DANS LE MONDE ?
INTRODUCTION

La situation politique française est inédite après les élections présidentielles et législatives de 2022. Elle amène à se poser la question de la possibilité pour la gauche de parvenir au pouvoir avec, bien sûr, l’interrogation complémentaire, sur quelles bases ? Il nous est apparu opportun il y a un peu plus d’un an, de consacrer un numéro des Débats de l’ITS à ces sujets. Nous nous sommes d’abord tournés vers nos contributeurs membres de l’ITS et des ATS, lesquels ont continué leur engagement dans plusieurs directions après leur parcours au PSU, puis vers d’autres militants ou universitaires. Nous avons donc réuni ces contributions pour en faire une publication. Mais cette approche a été critiquée comme restrictive car il apparaissait logique dans le contexte que nous connaissons que chacune des forces constituantes de la NUPES* puisse faire part de ses réflexions et donner sa (ses) position(s).
Nous nous sommes tournés vers plusieurs personnalités et vers les fondations qui accompagnent les partis politiques. Nous avons obtenu des promesses, parfois des engagements qui apparaissaient plus fermes. Les mois ont passé et nos démarches n’ont pas abouti. En soi ce petit échec auprès des premiers concernés, il ne s’agit pas ici d’en majorer l’importance, est significatif des difficultés actuelles pour y voir clair. Toujours est-il que le résultat de cette situation nous conduit à publier ce numéro des Débats de l’ITS avec un an de retard par rapport à nos intentions.
Pour ce qui concerne la direction de LFI, force incontestablement dominante dans la période, nous avons tenté deux approches, l’une à Marseille, l’autre à Paris à partir de la Fondation du mouvement. Malgré des réponses de principe favorables il ne s’en est rien suivi. Il est certain que des débats importants traversent cette organisation et nous n’avons pas voulu donner la parole uniquement à l’un des regards critiques internes. Cependant il serait paradoxal de ne pas aborder la question de la démocratie au sein d’une force politique à volonté transformatrice de la société. Entendons-nous bien, nous ne réglons pas les différends d’un trait de plume en affirmant que l’incontournable démocratie implique, dans un parti comme dans un mouvement, des débats sur des textes d’orientation et l’élection des instances dirigeantes sur la base des influences respectives. Nous sommes bien placés, en tant qu’anciens du PSU, pour avoir constaté les dégâts des logiques de tendances avec les inévitables scissions à la clé. Mais la position asymétrique selon laquelle il faut se réunir au consensus autour d’une équipe avec un leader charismatique qui montre la voie, sinon l’efficacité diminue et la paralysie menace, n’est guère plus défendable. Si nous voulons que se généralisent à tous les niveaux de la société des débats citoyens à vocation décisionnelle il faut bien admettre qu’il y aura des majorités et des minorités, y compris au sein des courants progressistes. Les contradictions sont bel et bien présentes et il n’est guère possible de les éluder. Il s’agit de redoutables défis, pas si nouveau d’ailleurs : assumer partout des processus démocratiques impliquant les débats, les prises de position, les mises en oeuvre, la désignation de coordonnateurs, sans effets destructeurs sur le moment ou à terme.
Sept articles de ce numéro proviennent d’anciens du PSU, un d’un camarade qui s’est joint à la dynamique de l’ITS initiée par Jacques Sauvageot et un d’un universitaire reconnu qui accompagne souvent par ses apports notre réflexion. Quatre articles se concentrent de plus ou moins près sur la situation de la gauche française, deux portent leur regard sur l’international, un se propose de nous rappeler l’enjeux de la Révolution. Plus spécifiquement il nous a paru intéressant de demander à un résidant entre la France et le Chili, une analyse de ce qui s’est produit au Chili justement, pour qu’une constitution élaborée par une chambre progressiste élue à cet effet, soit ensuite largement rejetée lors d’un référendum avec ensuite l’élection d’une nouvelle assemblée constituante dominée cette fois par l’extrême droite. .
Enfin nous ne pouvons terminer cette brève introduction sans constater avec regret que la plus part des contributions de ce numéro ont été écrites par des hommes. Pourtant nous nous sommes fixés comme objectif la parité entre autrices et auteurs. Nous y étions parvenus lors des numéros précédents. Il va de soi que nous nous promettons de corriger le tir dans les numéros suivants, en premier lieu dans le prochain consacré à « la santé ».
A la suite de plusieurs relances effectuées auprès d’autrices, membres ou proches d’organisations féministes, leur ressenti sur l’état de la gauche et son devenir semblerait constituer une « non-question » depuis plusieurs décennies ; conséquences des déceptions produites par la prise en compte très relative au sein des politiques proposées par les différents courants, partis ou mouvement de gauche et d’extrême gauche, du féminisme comme mouvement porteur de transformation sociale, dont l’actualité politique est révélatrice. Cela expliquerait le manque d’enthousiasme à traiter du sujet même si très souvent les mouvements féministes se situent à gauche. Pour autant, cela ne signifie pas de leur part l’effacement de la gauche du paysage politique.  (cf. le livre « C’est terrible quand on y pense ouvrage collectif, éditions Galilée, 1983 »).
 
La sénatrice socialiste Laurence Rossignol que nous avions contactée suite à une tribune dans la presse**, nous a aiguillé vers un entretien qu’ella a accordé sur le féminisme, nous avons décidé de le publier dans cette livraison.

NUPES : Nouvelle Unité Populaire Ecologique et Sociale
** Laurence Rossignol avec 6 autres parlementaires socialistes prend position pour « une refondation profonde de la gauche » dans une tribune publiée par Libération le 25.11.22 puis accorde un entretien sur le même thème à Marianne le 29.11.22.

S'identifier pour envoyer des commentaires.