De Dachau aux cachots de la République
EAN13
9782376231073
ISBN
978-2-37623-107-3
Éditeur
Insomniaque
Date de publication
Nombre de pages
192
Dimensions
21,1 x 13 x 1,8 cm
Poids
272 g
Langue
français

De Dachau aux cachots de la République

Insomniaque

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Victor Dojlida (1926-1997), fils d’un mineur polonais immigré en Lorraine, s’engage dans la Résistance à 16 ans, ce qui lui vaut d’être déporté en 1944 dans les camps de Struthof, de Dachau puis de Buchenwald.
Lorsqu’il revient en Lorraine en 1945, il constate que le policier Reuter qui l’a arrêté et le juge Chiny qui l’a livré aux SS sont encore en poste : l’heure est à la réconciliation nationale. Mais Victor n’est pas du genre à se réconcilier avec ses bourreaux.
En 1946, il rosse Chiny, qui n’ose se plaindre, craignant d’attirer l’attention sur son passé de collabo. La même année, il inflige une rude correction à Reuter. Mais celui-ci porte plainte et, cette fois, Victor est condamné à une amende et à un mois de sursis, ce qu’il ressent comme une profonde injustice.
En janvier 1947, il braque la paye des ouvriers de l’usine sidérurgique locale, dont les actionnaires et les dirigeants ont abondamment contribué à l’effort de guerre allemand. Il est arrêté le lendemain.
C’est le début d’une longue plongée dans l’enfer carcéral, qui va durer quarante-quatre ans, ponctués de plusieurs tentatives d’évasion – avec une brève parenthèse de quatorze mois de liberté en 1960-1962.
Quand il sort définitivement de prison en 1989, sa vie est derrière lui.
C’est le récit qu’il a fait de ses tribulations à deux visiteurs de prison, Françoise Capéran et Guy Morel, que contient ce livre, qui fait suite à ses mémoires de résistant, parus en 2020 sous le titre Le Dzikus.
Ce document et le riche apparat de notes qui l’accompagne retrace le destin singulier d’un homme que les institutions judiciaire et pénitentiaire ont tout fait pour briser, mais qui est resté toujours debout. De même que Le Dzikus était une précieuse contribution à l’histoire de la Résistance et de la déportation, De Dachau aux cachots de la république jette une lumière crue sur le système carcéral français de la seconde moitié du XXe siècle, que Victor Dojlida a presque entièrement passé enfermé.
Ce récit est précédé d’une notice décrivant la découverte de ce document, ainsi que d’une préface de maître Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des Droits de l’Homme et actuel président d’honneur de cette association, qui a bien connu Victor Dojlida en tant qu’avocat pénaliste.
S'identifier pour envoyer des commentaires.