EAN13
9782365123525
ISBN
978-2-36512-352-5
Éditeur
Croquant
Date de publication
Collection
Hors collection
Nombre de pages
316
Dimensions
21 x 14,8 x 1,9 cm
Poids
453 g
Langue
français

Contester par la musique sous régime autoritaire

La politisation du rock au Bélarus

Croquant

Hors collection

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de la presse internationale pour son ampleur et pour la violence de la répression policière. De nombreux musiciens rock s’inscrivent rapidement dans ce mouvement contestataire contre la dictature. Cet engagement n’est pourtant pas nouveau : depuis quarante ans, des rockers biélorusses expriment leur opposition aux dominants du champ politique. Comment se construit l’équivalence entre le rock et la contestation sous régime autoritaire ? À quel point répond-elle à la volonté d’engagement politique des musiciens ? De quelle manière le système autoritaire contribue-t-il à la politisation de la musique ? À partir d’une enquête ethnographique sur le rock biélorusse, l’ouvrage propose une analyse générale des logiques historiques et sociales de l’engagement politique des artistes, où s’articulent l’influence des traditions artistiques, les stratégies de concurrence et de distinction, l’enrôlement par les mouvements sociaux et les effets de censure. À travers l’histoire d’un mouvement artistique c’est aussi l’histoire sociale du Bélarus qui se découvre : celle des luttes culturelles et oppositions politiques, révolutions démocratiques et tournants autoritaires, réinterprétations de l’histoire et bouleversements des hiérarchies artistiques. Plus généralement, l’enquête propose une réflexion sur le fonctionnement quotidien des régimes autoritaires et sur les stratégies de résistance. Biographie de l'auteur Yauheni Kryzhanouski et docteur en science politique et ancien post-doctorant à l’EHESS, rattaché aux centres SAGE (CNRS-Université de Strasbourg) et CERCEC (CNRS-EHESS). Il étudie le fonctionnement des systèmes autoritaires post-soviétiques, notamment la politisation, la contestation et la censure, ainsi que les aspects internationaux de l’attribution de statut d’autoritarisme et de démocratie. Trois points forts : Enquête ethnographique de longue durée dans un contexte autoritaire caractérisé par la difficulté d’accès aux informations, enquête qui articule plusieurs méthodes des sciences sociales : entretiens, analyse de la production artistique, archives, analyse des médias. Fine étude de la multiplicité des logiques de politisation : l’ouvrage propose une anatomie d’engagement intellectuel dans les conditions marquées à la fois par l’incitation à la contestation et le risque de répression. Analyse du fonctionnement des systèmes autoritaires au quotidien et de la résistance à ces régimes au-delà des schémas binaires et des réductionnismes : l’enquête pose à nouveaux frais les questions comment vit-on sous dictature et pourquoi s’y oppose-t-on ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.