Musée de la solitude, nouvelles
EAN13
9782362240089
ISBN
978-2-36224-008-9
Éditeur
Atelier in8
Date de publication
Collection
ESCAPADES
Dimensions
21 x 12 x 1 cm
Poids
137 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
850

Musée de la solitude

nouvelles

De

Traduit par

Atelier in8

Escapades

Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Derrière les vitrines du musée de Carlos Castán, on dénombre des bâtons de bergers, quelques jouets anciens, des fleurs de chardon et des roses rouges éclatant sur la neige, un vieil exemplaire Robinson Crusoé, de jeunes filles en fleurs, des gouttes de pluie, des ombres et des déguisements. Une douce mélancolie matinée d'ironie déborde le cœur des personnages dont la tendre amertume habite les trois nouvelles, la solaire Silvia et sa timide frangine, Marta, Pablo le Français qui construit patiemment son palais de dément, Arturo le brisé s'avançant dans l'obscurité. « À mon avis, un Musée de la solitude devrait plutôt se présenter sous forme d'une collection d'histoires, une grappe de récits laissant un arrière-goût de liqueur en vrac et de cendres froides après tant de nuits vides et glaciales demeurées à l'abandon derrière soi, dans la mémoire ».

À travers une écriture ample qui rappelle la prose de Julio Llamazares, le nouvelliste déploie avec brio les lieux suspendus et les émotions mêlées qui animent une humanité belle et désolée.

Les trois nouvelles qui composent ce livre sont le fruit d'une sélection opérée sur un recueil de nouvelles plus important, paru en espagnol sous le titre « Museo de la soledad ». Elles mettent en scène, par trois fois, des personnages qui incarnent la solitude, la mélancolie, le temps qui fuit, l'impossibilité de communiquer avec l'aimé. Tous sont habités d'une intériorité très forte qui constitue un enfermement. Chacune des rencontres ou des itinéraires que suivent les personnages ont pour théâtre des lieux suspendus, à l'écart du flux de la vie, du bruit des hommes, du quotidien et de ses vicissitudes: un train, une vieille maison dans un village reculé de montagne, un sentier enfoui sous la neige. Castan nous offre une plongée dans l'intime pulsation des dérisoires et magnifiques mortels que nous sommes.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Carlos Castán
Plus d'informations sur Serge Mestre