LA TSARINE NOIRE précédé de PUISSANCES DU MASOCHISME, et autres contes
EAN13
9782845781252
ISBN
978-2-84578-125-2
Éditeur
Manucius
Date de publication
Collection
Lieux d'utopies
Nombre de pages
180
Dimensions
15 x 11 x 1 cm
Poids
147 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Code dewey
850

LA TSARINE NOIRE précédé de PUISSANCES DU MASOCHISME

et autres contes

De

Traduit par

Manucius

Lieux d'utopies

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Léopold von Sacher-Masoch (né en Autriche en 1835 et mort en 1895) est l’auteur de la célébrissime Vénus à la fourrure (publiée en 1870). Son œuvre s’organise par cycles : elle compte des romans – certains connurent un réel succès tant en Amérique qu’en Europe, comme La femme divorcée –, des contes : galiciens, juifs, hongrois, prussiens, etc., dans lesquels se mêlent folklore, histoire, politique, mysticisme, érotisme, perversion et autre flagellation. Lui-même aimait jouer à l’ours, au bandit, il ne négligeait pas non plus de se faire attacher, dominer, humilier par des femmes aimées, en fourrure et maniant le fouet. Le tout réglé par des contrats dûment paraphés par les deux parties.

Prostituer la femme élue ne le rebutait pas non plus : une étrange aventure avec son épouse Aurore Rümelin (dite Wanda, prénom de l’héroïne de la Vénus) le mène près de celui que l’on croit être Louis II de Bavière. Quoi qu’il en soit son nom reste indissolublement attaché, à son vif déplaisir, à une perversion répertoriée sous le terme de masochisme forgé par le docteur Richard von Kraft-Ebing dans son très fameux livre Psychopathia Sexualis (publié en 1886). Sacher-Masoch fut un auteur à succès. Il fit un triomphe à Paris en 1886 où il fut décoré, honoré par Le Figaro et La Revue des Deux Mondes.

Les contes ici publiés tracent quelques figures légendaires de femmes, cruelles et dominatrices. Eau de jouvence met par exemple en scène la sanglante comtesse Bathory. L’ensemble est précédé d’un étonnant et virevoltant Éloge du masochisme par Roger Dadoun.
S'identifier pour envoyer des commentaires.