Ce regard en arrière et autres récits journalistiques
EAN13
9782848050935
ISBN
978-2-84805-093-5
Éditeur
Sabine Wespieser Éditeur
Date de publication
Collection
Littérature
Nombre de pages
425
Dimensions
1 x 0 cm
Poids
465 g

Ce regard en arrière et autres récits journalistiques

De

Sabine Wespieser Éditeur

Littérature

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Nuala O’Faolain, avant de devenir l’écrivain qu’on connaît, a d’abord été une grande journaliste.
Et c’est grâce à son métier de journaliste qu’elle a été amenée à écrire son premier livre, On s’est déjà vu quelque part ?, paru en France en 2002 : un éditeur irlandais avait eu l’idée de lui demander de rassembler ses chroniques, parues dans le Irish Times. Nuala avait accepté, à la condition de pouvoir écrire en préface un récit autobiographique. Les chroniques ont bien paru, à Dublin en 1996, avec ladite préface, en fait un essai de plus de trois cents pages.
Très vite réédité sans les chroniques, le récit, sous-titré Les Mémoires accidentels d’une femme de Dublin, a remporté en Irlande puis aux États-Unis un succès phénoménal. Alors que le public irlandais garde vive la mémoire des chroniques, des articles et des émissions de Nuala O’Faolain, féministe de la première heure, spectatrice attentive et fine analyste du monde qui l’entourait, les lecteurs français ne connaissent « que » ses romans et ses mémoires.
Ses écrits journalistiques n’avaient pas encore été traduits. Dans la sélection publiée aujourd’hui, englobant plus de vingt années de carrière, de 1986 à 2008, se retrouvent tout entiers la sensibilité, la faculté d’empathie et le talent d’observation de la grande dame irlandaise disparue. Traitant des sujets les plus divers, des plus politiques comme le processus de paix en Irlande aux plus futiles, comme les travaux ménagers, en passant par U2, Sinatra, le matérialisme ou la condition féminine, Nuala O’Faolain ne baisse jamais la garde : elle ne cesse de dénoncer, avec la précision teintée d’ironie qui lui était propre, les mécanismes intimes du pouvoir et de l’impuissance.
Ceux qui ont lu ses romans auront l’émouvant sentiment de la retrouver telle qu’en elle-même dans sa lucidité et sa tendresse pour le monde. Ils découvriront l’étendue des centres d’intérêt et la richesse de la palette narrative de celle qui fut aussi un grand témoin et une grande conscience de son époque.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

28 février 2011

L'Eire et ses travEire.

J'ai beaucoup lu Nuala O'Faolain, mais c'était avant de me lancer dans l’exercice périlleux de chroniquer mes lectures. Et je n'ai bizarrement jamais éprouvé l'envie de relire ses premiers textes traduits. Dans ces chroniques journalistiques qui s'échelonnent sur plus de ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Nuala O'Faolain