La rafle des notables
EAN13
9782246824138
ISBN
978-2-246-82413-8
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
essai français
Nombre de pages
128
Dimensions
18 x 11 cm
Poids
144 g
Langue
français

La rafle des notables

De

Grasset

essai français

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


La Rafle des notables revient sur un épisode de l’Occupation, peu connu du grand public, où le grand-père paternel d’Anne Sinclair s’est trouvé entraîné.
En décembre 1941, les Allemands arrêtent 743 Juifs français, chefs d’entreprise, avocats, écrivains, magistrats  : une population privilégiée (d’où le surnom de «  notables  »). Ils y adjoignent 300 juifs étrangers déjà prisonniers à Drancy. Ils les enferment tous au camp de Compiègne, sous administration allemande, et qui était un vrai camp de concentration nazi en France, avec famine, manque d’hygiène, maladies, conditions de vie épouvantables par un des hivers les plus froids de la guerre. Une cinquantaine décède dans le camp. Le but est l’extermination, et de fait, c’est de ce camp que partira, en mars 1942, le premier convoi de déportés de France vers Auschwitz (avant juillet 1942 et la Rafle du Vel d’hiv).
Le grand-père paternel d’Anne Sinclair, Léonce, petit chef d’entreprise, a été arrêté, interné à Compiègne et sauvé de la déportation car il était tombé très malade et avait été transféré – toujours détenu - à l’hôpital du Val-de-Grâce d’où sa femme a réussi à le sortir. Ils se cacheront jusqu’à la Libération où il est mort à 63 ans des suites de son internement.
L’auteur, qui recherchait des documents sur cette partie de la famille, a trouvé quelques éléments sur ce grand-père (en cahier photo dans le livre). Mais elle a surtout découvert un chapitre méconnu de la persécution sous l’Occupation qu’elle a voulu raconter. Elle redonne vie à ces prisonniers qui, pour la plupart, terminèrent ce sinistre périple dans une chambre à gaz. Elle décrit la vie quotidienne dans le camp entre des bourgeois assimilés à la France depuis des générations et qui ne comprennent pas pourquoi on les affame et les enferme, et des juifs étrangers qui ont l’habitude des persécutions. Peu à peu, la force abandonne les prisonniers, la famine les tue à petit feu, la vermine les attaque, la gangrène s’installe. Son livre raconte avec émotion cette descente aux enfers où la figure du grand-père illustre un récit très personnel et inédit où l’enquête personnelle et familiale rejoint l’enquête historique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Anne Sinclair