EAN13
9782848688954
ISBN
978-2-84868-895-4
Éditeur
Éditions de la Loupe
Date de publication
Collection
RECIT
Nombre de pages
101
Dimensions
22 x 15 x 1 cm
Poids
160 g
Langue
français

Notre-Dame de Paris

Ô reine de douleur

De

Éditions de la Loupe

Recit

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


« Notre-Dame est une cathédrale du Christ mais chevet au Levant et tours au couchant elle est également un temple solaire. Chaque jour, Paris changeait. Le ciel imprimait d imperceptibles nuances sur la ville. Paris prend mieux la lumière d orage que la clarté d azur. Tout ciel tragique grandit une ville. La capitale repose «sous le commandement des tours de Notre-Dame » comme l écrivait Péguy. » Sylvain Tesson entretient une relation forte et intime avec Notre-Dame, cette « île de pierre à explorer ». Il l a maintes fois escaladée en voisin, y emportant des vers de Péguy. Pour lui, quiconque passera une nuit dans les coursives de ce vaisseau gothique sera métamorphosé. Il a cherché dans la nuit les traces de ses prédécesseurs, l histoire gravée dans les murs. Plus tard, en convalescence d un terrible accident, il s est astreint chaque jour à gravir les escaliers en colimaçon de l édifice. « Cinq mois auparavant, j étais tombé sur mon ombre, mon corps était déchu. Je le montais vers le ciel pour le fortifier. » Le monde entier pleure la tragédie du 15 avril parce que Notre-Dame symbolise la chrétienté au c ur large, un monument de l âme, un refuge pour les croyants et les non-croyants, les vagabonds, les réprouvés et les poètes. « Et si l effondrement de la flèche était la suite logique de ce que nous faisons subir à l Histoire ? L oubli, le ricanement, la certitude de nous-même, l emballement, l hybris, le fétichisme de l avenir... et un jour, les cendres. Peut-être un peuple va-t-il se porter au chevet de sa reine ? Peut-être va-t-il se souvenir qu il n est pas né hier. Mais peut-être rien ne changera-t-il et continuerons-nous à nous espionner les uns les autres, à nous haïr, à nous conspuer. Alors on se dira que la flèche a bien fait de se retirer. »Biographie de l'auteur
S'identifier pour envoyer des commentaires.