Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale
EAN13
9782246820741
ISBN
978-2-246-82074-1
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Française
Nombre de pages
1248
Dimensions
24 x 15 x 6 cm
Poids
1372 g
Langue
français

Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale

De

Grasset

Littérature Française

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


En 2005 a paru Dictionnaire égoïste de la littérature française, immense succès immédiat critique et public. Chroniqué par tous les médias en France et beaucoup même à l'étranger, ce livre qui n’avait pas d’équivalent a reçu cinq prix littéraires. Il est aujourd’hui devenu un classique.
Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale est consacré aux littératures des autres pays du monde. Et non pas «  étrangers  ». Un article l’explique, l’auteur ne croit pas à la notion d’étranger, surtout en matière de littérature. Nous ne sommes pas seuls au monde, et aucun lecteur français n’a été constitué par l’unique lecture de livres français. De même, aucun lecteur n’est constitué par l’unique lecture des livres de son temps. Un lecteur est de tous les temps et de tous les pays. Et c’est ainsi que ce livre comprend aussi bien Eschyle (le plus ancien) que Gabriel García Márquez (le plus récent). Pour «  égoïste  », cela signifie que l’auteur ne parle que de choses qui, en bien ou en mal, l’intéressent, le passionnent, l’éveillent, et non à partir d’on ne sait quels canons de la littérature.
Le «  DELM  » comprend, comme son frère aîné, quatre types d’articles : sur des auteurs (Karen Blixen, Jorge Luis Borges, F.S. Fitzgerald, Yukio Mishima, Elsa Morante, Platon, Gertrude Stein…), des œuvres (Amant de Lady Chatterley (L’), Guépard (Le), Petit Livre rouge (Le)…), des personnages (Ali-Baba, Lady Bracknell, Mademoiselle Else, le prince André, Arturo Ui…), des notions (« Bonheur », « Enterrements d’écrivains célèbres », « Imagination », « Verbes réfléchis »…). Il a, en plus, des « express » (« Esthétique Express », « Machiavel Express »…). On y retrouvera tous les grands noms célèbres, et on y découvrira des méconnus délicieux. On y trouvera un esthétique, et des anecdotes qui sont peut-être un peu plus que des anecdotes, comme Joyce en train de dicter Finnegans Wake à Beckett qui répond «  entrez  » à un visiteur, Beckett écrivant le mot par mégarde et Joyce lui disant  : «  Laissez.  » Allègre, partial, drôle, sérieux, brillant, inattendu. Un livre qui donne envie d’en parler avec l’auteur. Venez converser avec Charles Dantzig.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Charles Dantzig