Le Monde du silence
EAN13
9782889600021
ISBN
978-2-88960-002-1
Éditeur
La Baconnière
Date de publication
Nombre de pages
230
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
325 g
Langue
français

Le Monde du silence

La Baconnière

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


La Baconnière choisit aujourd’hui de republier une série d’œuvres du philosophe tessinois Max Picard (1888-1963), injustement ignoré en France mais dont l’importance fut suffisante à rallier les hommages d’Emmanuel Lévinas (qui salue son travail dans Noms propres), de Gabriel Marcel (qui lui consacra une préface, dans la première traduction française du Monde du silence parue aux P.U.F. en 1953), ou, plus récemment, de John M. Oesterreicher (essai paru chez Ad Solem en 2005). Le propos de ce livre d’abord paru en Allemagne en 1948 et peut-être le plus traduit de son œuvre (en japonais, anglais, italien) consiste à tracer les contours d’une phénoménologie du silence ou du « se taire » (schweigen en allemand), entendu comme lieu de naissance à une parole vraie (« Parole et silence font un : la parole est instruite du silence comme le silence de la parole. »). Il se double d’une très fine et très visionnaire tentative d’épuisement de la modernité comme négation du silence.
Tout en se tournant le dos à toute tentation systématique, sa pensée se love dans une forme légère et poétique, rejoignant par là la grande tradition rhénane des grands spirituels allemands (par ailleurs perceptible dans ses références : Goethe, Hölderlin, Jean-Paul). Forme qui méritait une « mise à jour » (et au jour) en français, à la hauteur de l’époque, en même temps qu’un accompagnement critique. Le livre est passionnant parce qu’il offre plusieurs niveaux de lecture et plusieurs entrées, en même temps qu’il propose un manuel de résistance métaphysique pour des temps de peu de silence. Comme l’écrit Emmanuel Lévinas :
« Comme si dans son histoire personnelle — à condition de ne laisser vide aucun instant — l’homme trouvait refuge contre la contemporanéité même.
Comme si dans sa paix intérieure — à condition qu’elle ait un sens — il pouvait paralyser le bras des violents et faire tomber les armes de leur main.»
S'identifier pour envoyer des commentaires.