L’Âge de la colère, Une histoire du présent
EAN13
9782843048425
ISBN
978-2-84304-842-5
Éditeur
Zulma
Date de publication
Collection
Zulma Essais
Nombre de pages
544
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
488 g

L’Âge de la colère

Une histoire du présent

De

Traduit par

Zulma

Zulma Essais

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres




L’âge de la colère, c’est une guerre civile mondiale caractérisée par deux traits majeurs : le populisme et l’extrémisme religieux. Du Brexit à l’élection de Donald Trump, de l’autoritarisme religieux turc au nationalisme hindou de Narendra Modi, du terrorisme islamiste à l’extrême-droite au sein de gouvernements européens et au Brésil, les exemples ne manquent pas.

Pour Pankaj Mishra, ces bouleversements ne sont pas le résultat de situations géographiques, économiques et religieuses propres à chaque pays, encore moins d’un choc des civilisations. Il s’agit au contraire d’un mécanisme inhérent au système politique occidental accouché des Lumières – la démocratie libérale et l’économie de marché – qui, depuis la chute du mur de Berlin, s’est appliqué de manière brutale à des milliards d’individus. Oui, L’Âge de la colère est un texte subversif, polémique même. Mais l’essayiste indien pose un regard inattendu et résolument décentré sur la période extrêmement violente que nous vivons.

Alors que le siècle des Lumières promettait émancipation, richesse et démocratie, force est de constater que nous sommes loin du compte : l’accroissement sans précédent des inégalités fait rage au sein d’un monde régi par l’individualisme et le désir mimétique. En revenant sur l’Europe du XIXe siècle, Pankaj Mishra explore la situation émotionnelle qui, de Rousseau et Toqueville à nos jours, a fait émerger les grands mouvements de colère. Prenant appui sur les romantiques allemands et les anarchistes russes, il démontre comment ces penseurs, détracteurs d’une société inégalitaire née d’un idéal libéral, ont influencé plusieurs leaders nationalistes au XXe siècle, notamment en Inde, en Turquie, en Iran ou en Chine. Le XIXe siècle comptait quelques centaines d’individus révoltés : le XXIe en compte des milliards, pour qui la démocratie individualiste, loin d’accoucher du bonheur pour tous, génère envie et inégalités – un phénomène accéléré et amplifié par le côtoiement immédiat de tous avec tous grâce à internet et les réseaux sociaux, mais aussi par des crises migratoires et économiques globalisées.

Nous assistons à la protestation violente d’individus contre une modernité qui, tout en tenant le langage du progrès pour détruire les anciennes structures, ne profite qu’à une minorité. Un tel éclairage n’épargne aucune des manifestations contemporaines de la colère : Occupy WallStreet , Podemos ou même les Gilets jaunes.

Avec une écriture enlevée, des portraits saisissants – on notera la plongée dans l’Inde de Narendra Modi –, et des propos éclairés par de nombreuses données chiffrées, L’Âge de la colère fait l’effet d’un électrochoc. D’aucuns trouveront Pankaj Mishra pessimiste : il invite au contraire à imaginer au plus vite les bases d’une nouvelle solidarité mondiale.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Pankaj Mishra
Plus d'informations sur Dominique Vitalyos