De profundis
Éditeur
République des Lettres
Date de publication
Langue
français

De profundis

République des Lettres

Indisponible

Autre version disponible

Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Oscar Wilde. Écrite entre
janvier et mars 1897 depuis la prison de Reading où il est incarcéré (mais
publiée dans sa version originale intégrale qu'en 1962), cette longue lettre
autobiographique d'Oscar Wilde est autant une lettre d'amour qu'une lettre de
rupture adressée au jeune lord Alfred Douglas (surnommé "Bosie"), son ami et
amant, l'homme par qui le scandale et le procès de 1895 sont arrivés. Condamné
pour outrage aux moeurs (homosexualité) à deux ans de travaux forcés,
souffrant du silence de Bosie et bien décidé à vider l'abcès, l'auteur du "
_Portrait de Dorian Gray_ " écrit ici, sur le mode de la confession, sa
version des faits, relatant l'enchaînement des évènements qui l'ont conduit en
prison. Une large part du texte est consacrée à ses relations avec son ami,
qu'il ne ménage pas, maniant tour à tour, dans un esprit volontiers polémiste,
le mépris et la haine. Mais le " _De profundis_ " est aussi une profonde
méditation sur les hommes, sur la société et sur l'art, ainsi que le texte
d'une renaissance à travers la découverte de la douleur et de l'humilité.
Oscar Wilde veut trouver dans l'épreuve traversée le fondement d'un renouveau
spirituel. Assimilant la figure de l'artiste à celle du Christ, il dépeint ce
dernier comme le "vrai précurseur du mouvement romantique dans la vie", en ce
qu'il a "concrétisé dans toute la sphère des rapports humains cette sympathie
imaginative qui dans la sphère de l'art est l'unique secret de la création".
Le titre " _De profundis_ " fait référence à la prière pour les morts du Livre
des Psaumes de la Bible: "De profundis clamavi ad te, Domine" (Des profondeurs
nous t'implorons Seigneur...).
S'identifier pour envoyer des commentaires.