Malacqua , quatre jours de pluie dans la ville de Naples dans l'attente que se produise un événement
EAN13
9791095434122
ISBN
979-10-95434-12-2
Éditeur
Editions DO
Date de publication
Nombre de pages
192
Dimensions
20 x 13 x 1 cm
Poids
224 g

Malacqua

quatre jours de pluie dans la ville de Naples dans l'attente que se produise un événement

De

Traduit par

Editions DO

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Malacqua, roman italien de 1977, a eu un certain succès avant de disparaître des librairies et de circuler parmi des connaisseurs sous forme de photocopies. Il est enfin traduit en français.
Malacqua (La mauvaise pluie) est la chronique de quatre jours de pluie dans la ville de Naples, du 23 au 26 octobre d’une année indéterminée au cours desquels se produisent des événements étranges, dans une atmosphère d’attente, pas seulement de la fin du déluge mais surtout d’un événement extraordinaire. Cette longue et dense chronique d’un désastre commence par deux morts, à cause de la pluie, deux voitures englouties dans une crevasse.
Ce mauvais temps ne provoque pas seulement des éboulements et des effondrements. Dans l’incertitude hostile créée par la pluie se multiplient des faits inhabituels, prennent corps des présages et de noirs avertissements. La peur crée l’attente d’un événement extraordinaire et le roman se transforme alors en l’attente de cet événement absurde, irrationnel, capable de briser les perspectives mêmes de la vie.
Naples bien sûr est le vrai protagoniste de Malacqua. Ville de la pluie (il pleut beaucoup dans les livres des Napolitains a fait remarquer un critique), ville du rêve et de la spéculation immobilière, coeur de l’exploitation intensive sur le dos de ceux qui ne sont pas puissants. À travers les rues anciennes de la ville, les quatre jours de pluie alimentent un suspens appliqué aux raisons mêmes de l’existence. Et l’événement extraordinaire tant attendu trouve son origine fondamentale dans un sentiment ancestral des Napolitains : l’attente ambigüe qu’un « miracle » puisse intervenir pour améliorer leurs conditions de vie précaires.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Lise Chapuis